L'HERITAGE

venez parler de votre livre préféré en toute liberté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 voila ma fanfic d'eragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 13:05

15
Allié et Ennemi




Eragon répéta alors d’une voie à peine audible :

- Oropher

Aussitôt il sentit monter en lui, une sensation de puissance, de pouvoir, mais aussi de sagesse, et de conscience de soit, ainsi qu’une multitude d’autres sensations dont il n’aurait sus les définir.
Il se tourna alors à nouveau vers Linnéa et lui demanda :

- « Et que signifie ce nom ? »
- « Tu m’en demande beaucoup dragonnier, cela tu devra le découvrir par toi-même. »
- « D’accord, ce n’est pas grave, … excuse moi, je dois partir, je me suis déjà trop attardé. »
- « Alors au revoir, mais reviens me voir quand tu n’aura rien à faire. Ca me fait plaisir de parler à autre chose qu’une plante ou à un animal. »
- « C’est promis. »


Eragon prit alors la direction de son arbre.
Arrivé dans ses appartements, il trouva Saphira en train de finir son repas, elle se tourna alors vers lui et dit :

- « Merci pour le fealnirv, j’en avait bien besoin. Je suis prête, nous pouvons partir immédiatement. »
- « Non, d’abord je dois reprendre des forces. »

Et il alla s’asseoir à la table où l’attendait un plateau de fruits et une carafe de fealnirv

- « Que t’es t-il arrivé ? » lui demanda t-elle en grognant
- « Comment ça ? »
- « Regarde toi, tu manges tranquillement alors que tu ignore tout de la situation d’Arya, Orik et Cirdan. Et maintenant que j’y fait attention ton esprit aussi est différent !»
- « Ne t’inquiète pas pour eux, et puis il ne serait pas raisonnable que je parte aussi faible. Et si tu veux savoir ce qui m’est arrivé, et bien je suis juste aller voir l’arbre Menoa. »
- « Et tu as trouvé l’arme ? » demanda t-elle soudainement excitée.

Eragon lui raconta alors sa discussion avec Linnéa.

- « Elle t’as révélé ton nom ! Alors comment t’appelles-tu ? »
- « Pardonne moi Saphira mais je ne sais pas si je peut te le dire, il faut d’abord que je prenne plus de recul. »

Bien que vexé par cette réponse, Saphira n’insista pas.

- «  je comprend … »
- « Ne sois pas déçu. » la coupa t-il « Je te promet que tu le sauras quand nous
aurons vaincu Galbatorix …Bien à présent nous pouvons partir. »

Tout en montant sur Saphira, il regarda par l’une des fenêtres.

- « L’orage n’est pas encore passé, nous allons devoir le survoler. »
- « Tu te souviens ce qui c’est passé la dernière fois que nous avons volé si haut ? »
- « Je m’en souviens parfaitement, maintenant allons-y. »

La dragonne sortis alors de l’arbre et déploya ses immenses ailes, en quelques battements elle prit de l’altitude, puis continua à s’élever presque à la verticale. Eragon quant à lui se concentra et dit :

- Skölir Shurt’Ugal ono shulbaka.

Et aussitôt le vent cessa de les balayer, la pluie de s’abattait plus sur eux, et les éclairs ne semblaient plus les prendre pour cible comme lors de leur arrivé.
Il fallu plusieurs minutes d’ascension à Saphira pour fendre la masse nuageuse et sortir de la tempête, elle se stabilisa et demanda à Eragon :

- « Tout vas bien Eragon ? »
- « Oui je vais parfaitement bien. »
- « je descendrai tout de même quand nous aurons passé l’orage. Mais maintenant il faudrait savoir où nous devons aller. »
- « Tu as raison je vais essayer de localiser l’esprit de Cirdan. »
- « Mais cela va te prendre un temps considérable. »
- « Oui, mais nous l’avons, avec la tempête ils n’ont pas dus aller très loin, donc
le temps que nous retournions sur leur traces je vais les chercher. »

Eragon dus alors se plonger dans une profonde méditation afin que son esprit puisse se focaliser sur une région toute entière de l’Alagaësia. Il se mit alors à chercher sur le trajet le plus direct que ses amis auraient dus prendre.
Mais au bout de quelques heures, il voulu faire une pause, et en sortant de sa méditation, il se rendit compte qu’il commençait déjà à faire jour, Saphira qui avait reprise une altitude normale lui demanda :

- « Tu les as trouvé ? »
- « Non. » 
- « Eragon, si tu ne les trouve pas, je pourrais toujours voler ça ne nous avancera à rien. » … « Au lieu de chercher Arya et les autres, pourquoi ne cherches-tu pas l’armée que nous avons vu partir, elle sera plus facile à repérer et tu pourra ainsi étendre ta zone de recherche… »

En comprenant où elle voulait en venir Eragon s’exclama :

- « Tu es un vrais génie Saphira ! »
- « Mais non … »  répondit-elle en jouant les fausses modeste.

Eragon se remit alors à sa tache, et élargis son champ d’action, après quelques minutes il repéra de nombreuse forme de vie, c’était bien l’armée de Galbatorix, elle était composée d’une centaine de cavalier, mais également d’Urgalls. Puis il examina les alentours, et ce qu’il craignait arriva : il repéra Orik, Arya, et Cirdan pris au piège entre la lisière de la forêt et l’armée adverse.
Eragon tenta alors de prendre contact avec Cirdan qui essaya de le repousser.

- « Cirdan c’est moi Eragon. »
- « Eragon … »

C’est alors qu’il s’aperçu qu’il était en train de se battre contre avec un autre sorcier

- « Cirdan, baisse tes barrières j’ai vais protéger ton esprit, tu pourras alors me parler. »

Il hésita un instant mais il finit par abaisser ses défenses.
Dès qu ‘il le put Eragon pénétra dans l’esprit de l’elfe, aussitôt il sentit l’intrusion de l’un des sorciers, il recula alors ses propres défenses pour le laisser s’enfoncer dans l’esprit de l’elfe en opposant tout de même une petite résistance. Et alors que son ennemi pensait en finir de ce combat, Eragon referma son esprit autour de celui du sorcier lui empêchant toutes fuites ou communications avec ses alliés. Puis tout comme Arya lui avait fait, il lui planta une dague mental dans son esprit pour l’achever. Les autres sorcier ne sachant pas qu’ils avaient à faire à un dragonnier, continuèrent d’assaillaient Cirdan. Celui
-ci maintenant libre de parler à sa guise, dit à Eragon:

- « Je suis content que tu soit là, mais nous t’attendions plus tôt! »
- « Je suis désolé, j’ai été retenu. Mais je suis encore assez loin de vous, peux-tu me donner une image de votre emplacement ? … Merci, tenez bon, nous serons bientôt la. »

Il transmit alors l’image à Saphira, qui modifia immédiatement sa trajectoire, tout en prenant une vitesse de plus en plus élevé.
Arrivé sur le lieu de la bataille, Eragon vis que ses compagnons étaient sur le point d’être submergés: Orik était dans la mêlé sur son feldspath, à eux deux ils faisaient de terrible dégâts, et ils n’étaient même pas inquiétés par les archers dont toutes leurs flèches atterrissaient à quelques dizaines de pas. Visiblement Cirdan qui était en retraient les avaient protégés d’un bouclier ainsi que lui et Arya, Eragon fut enchanté de voir de voir qu’elle aller mieux, mais elle paraissait encore faible, car elle ne se servait pas de la magie mais seulement de son arc d’une cadence irrégulière.
Saphira plongea alors en piqué afin de prendre de la vitesse et se dirigea droit sur le combat, elle fut tout de suite prise pour cible par les archers de l’empire, mais Eragon n’eu aucun mal à les intercepter, Saphira percuta alors le flanc de l’armée ennemi et en balaya tout un rang en continuant sa route au milieu des cris, de hennissements de chevaux, et de froissement de métal.
Cette attaque de la dragonne donna quelques instants de répits, cette soudaine arrivé avait jeté un froid dans les rangs de l’empire, et ils se débarrassèrent des quelques ennemis qui étaient restés ça et là.
Eragon rejoint alors ses compagnons, Arya tenaient à peine debout, Orik et son feldspath étaient couverts de contusions, seul Cirdan aller à peu près bien, Eragon lui demanda alors:

- Reste t-il encore des magiciens ?
- Non j’ai tué les derniers.

Voyant que l’armée de Galbatorix c’était réorganisé, et qu’elle s’apprêtait à un nouvel assaut. Eragon demanda à Saphira:

- « Il faut que tu me donnes une diversion! »
- « Que veux-tu faire ? »
- «  Je n’ai besoin que d’une petite minute. »
- « Eragon qu’est-ce que tu vas encore faire ? » demanda t-elle de plus en plus inquiète.
- « Fait ce que je te dis, nous n’avons pas le temps de discuter! »

Saphira tout en s’envolant fit comprendre à Eragon qu’elle n’en resterait pas la avec lui, et brisa brutalement leur lien mentale. Et aussitôt elle fit front à ses ennemis tout en se mettant hors de porter de leur flèches. Et elle commença à cracher de grande gerbes de feu pour leur barrer la route, instantanément Eragon sentit l’air s’assécher et devenir pesant, il sentit également sa peau qui commencer à le brûler du fait de la température qui ne cessait de croître.
Et sans perdre plus de temps, Eragon se concentra sur toutes les troupes adverses et alla puisé dans sa magie. Il dit alors quelques mots en ancien langage. Aussitôt une incroyable quantité de son énergie se déversa de son corps. Quand cette opération fut achevé, il ouvrit les yeux et tomba à genoux. Orik se précipita pour le retenir, mais Eragon se releva tant bien que mal, et regarda tout autour de lui, toute l’armée adverse était au sol, évanouis.
Il s’avança alors vers tous ces corps étendus.

- « Que fais-tu? »

Mais elle n’eu aucune réponse.
En s’approchant encore de ses ennemis, il passa sur un épais tapis de cendres, qui voletèrent qui lui brûlèrent la peau. Il se rendit alors compte que Saphira avait littéralement enflammé le sol afin de les stopper.
Arrivé aux pieds du chef des Kulls, il sortit son épée et la planta dans le sol pour s’appuyer dessus. Il passa ensuite sa main au dessus de son corps inerte et il se réveilla.

- Lève toi! Lui dit Eragon d’une voie qui trahissait son état.

En le voyant se relever Orik reprit sa hache, Arya et Cirdan bandèrent leurs arcs.
L’Urgall présenta alors sa gorge à Eragon en signe de soumission.

- Comment t’appelles-tu ?
- Sylliox Tueur d’Ombre.
- Très bien Sylliox, je ne sais pas ce que vous a promis Galbatorix. Mais je sais que vous êtes assez intelligent pour savoir qu’il ne tiendra pas ses engagements. Alors j’ai un marché à te proposer.
- Je t’écoute Tueur d’ombre.
- Je veux que toi et tes béliers partiez à la recherche de vos frères. Regroupez-vous à la frontière de l’Hadarac et du Du Weldenvarden. Venez combattre à nos cotés et quand le tyran sera vaincu, je m’engagerai personnellement à ce que l’on vous trouve une terre. Alors ?
- Nous acceptons ton offre, tu nous a épargné alors que nous vous avions attaqués. De ce fait tu peut être assuré de notre fidélité, nous avons une dette envers toi.
- Bien, alors mettez-vous en route immédiatement. Je vous contacterai plus tard

Et d’un large geste de la main il réveilla tout les Urgalls et s’effondra sur le sol.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 13:10

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>




Eragon sentit beaucoup d’agitation autour de lui, mais il n’ouvrit pas les yeux tout de suite mais essaya de mettre de l’ordre dans son esprit: l’orage, Linnéa, la bataille, et sa perte de connaissance. Il sonda alors la pièce et vis qu’Amélia était à coté de lui, Arya et Orik se trouvaient plus loin assis à une table.
Il établis alors un lien avec Saphira:

- « Saphira où sommes-nous ? »
- « Eragon ?! Tu es réveillé. » demanda t’elle d’une voie joyeuse mais également avec un certain reproche
-  « Oui. »
- « Nous sommes revenu à Ellesmera, tu es resté inconscient pendant quatre jours, tu nous as fait très peur. »
- « Et a toi aussi? »
- « Non, je savais que tu te remettrais, mais tu mais tu aurais put me dire ce que tu comptais faire! »
- « Et tu m’en aurais empêché. »
- « Je ... Je ne sais pas. »

Eragon en resta bouche bée.

- « Mais cela ne change pas le fait que tu as agit seul. » elle pris alors une voie douce et mélancolique « Pendant notre voyage avec Brom, je me suis juré de ne plus te laisser seul face au danger tu te souviens? »
- « Oui. »
- « Alors ce n’est pas parce que tu connais ton nom que tu dois me mettre à l’écart comme tu l’as fait, et comme je l’ai été avec Brom. Promet moi que tu ne le fera plus! »
- « ... »
- « Je prend ce silence pour un oui. »

Elle laissa alors un silence s’installer.

- « Tu as était impressionnante lors de la bataille, je ne pensais pas que tu pouvais créer un tel brasier et des températures aussi infernales. »
- « Oui, je crois que nous n’avons pas encore réalisé tout l’impact de la découverte de ton identité. »

C’est alors qu’il sentit une main lui caresser les cheveux.
A peine eu t-il le temps d’ouvrir les yeux, qu’aussitôt il vit Arya se levait et se précipité vers lui. Mais elle s’arrêta net, en voyant Amelia l’embrasser à plaine bouche. Quand elle le laissa enfin respirer, il vit qu’Arya c’était placé de l’autre coté de son lit, et Orik en face de lui ton la tête dépassée tout juste du pied de lit. Tous trois le regardèrent avec insistance, au bout d’un moment il se risqua à prendre la parole, et dit d’une voie hésitante:

- Bonjour.
- Bonjour, ... C’est tout ce que tu as à dire, lui rétorqua Amélia d’une voie
cinglante, tout en l’assassinant du regard;

Il voulu chercher un peu de réconfort en se tournant vers Arya, mais celle-ci lui dit d’une voie glaciale:

- Alors, ... Nous attendons tes explications.

Eragon essaya alors de trouver de l’aide près d’Orik, mais il n’obtint de celui qu’une esquisse de sourire et un haussement d’épaule en signe d’impuissance face aux deux jeunes femmes. Eragon regarda alors à tour de rôle Amélia et Arya qui ne le lâchaient pas du regard. Le silence commençait à se faire pesant, mais Eragon finit par le briser en éclatant de rire.

- Pourquoi ris-tu ? S’emportèrent Arya et Amélia d’une même voie.
- C’est vous, ... Plus le temps passe je trouve que vous vous ressembler toutes les deux.

Durant un instant le regard des deux jeunes femmes se croisèrent, mais elle détournèrent la tête aussitôt l’air gêné, et se reportèrent sur Eragon.

- Ne dis pas n’importe quoi, et répond à nos questions. Lui lança Amélia.
- Pourquoi as-tu lancé un sort aussi puissant, tu aurais put te tuer. Continua Arya.

Eragon retrouva alors un air grave et dit:

- Je savais ce que je faisais.

Eragon vit alors la stupeur frappé le visage d’Amélia et d’Orik, mais Arya devint furieuse et lui cria:

- Comment ça tu savais ce que tu faisais, tu as encore jouer avec ta vie!
- Je savais ce que je faisait Arya elda. Mais cette fois il le répéta en ancien langage.

Arya fit un pas en arrière et ne put que bégayer:

- Co ... Comment. Et pourquoi n’as tu pas tuer les soldat de l’empire je comprend pour les Urgalls, mais pour eux tu aurais put les tuer cela aurai été beaucoup plus simple, et tu aurai éviter de t’infliger pareil épreuve.
- Pourquoi les tuerai-je si je peut faire autrement, de toute façon comme tu le dis si jamais je les rencontre a nouveau, je pourrai m’en débarrasser en un claquement de doigts, ils n’étaient pas une menace. Et puis il y a une autre raison, si toutes l’armée avait était décimé Galbatorix n’aurait eu aucun mal à étouffer l’affaire, alors qu’en les laissant rentré chez eux des bruits vont forcément courir sur ce qu’il c’est passé.
- Il est malin le bougre, s’esclaffa Orik de sa voie rocailleuse
- Bien, dit Amélia, nous allons te laisser te reposer.
- Merci mais je suis en pleine forme, mais pourriez-vous nous laisser seul j’ai besoin de parler à Arya.

Surprise Arya le regarda l’air perplexe. Eragon vit les yeux d’Amélia s’emplir de colère, mais elle fit demis tour et se dirigea vers la porte d’un pas rapide.
A peine avait-elle descendu l’escalier qu’Amélia fut interpellé par Orik:

- Amélia, attends-moi!

Quand-il l’eu rejoint il lui demanda:

- Que t’arrive t-il, je ne t’avais jamais vu comme ça ?
- Ce qui m’arrive, il a été inconscient pendant quatre jours et lui c’est avec cette fichu elfe qu’il veut parler.
- Fait attention quand tu parles d’Arya, c’est une princesse ici. Allons discuter plus loin.
- « Tu as raison Orik, montez sur mon dos, je vous emmène. »

Bien que tout deux ne volaient pas aller avec Saphira, ils ne voulurent pas la contredire également et s’exécutèrent. Et la dragonne s’envola.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 13:14

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>




Eragon regarda Amélia sortir, surpris par sa réaction.

- Je crois que tu devras avoir une conversation avec elle.

Mais il ne lui répondit pas, et lui demanda:

- Comment vas-tu ?
- Comment je vais, ce n’est pas moi suis resté dans un lit durant quatre jours.
- L’enchantement qui protégeais l’œuf était très puissant ... Excuse-moi j’ai était négligent le sort aurait put te tuer.

Arya s’assis alors sur le bord de son lit et lui posa une main sur son épaule.

- Nous l’avons tous était, et puis nous savions que cette mission était très risquer. Alors ne te sens pas responsable de cet incident.

Eragon se redressa brusquement, pour se mettre assis dans son lit, révélant son tors nue.

- Un incident, je ne comprend toujours pas pourquoi tu es en vie!
- Je suis en vie c’est le principale.
- Oui mais je serai rassurer quand tu te sera fait examiner par les guérisseurs.
- Et crois-tu que ma mère, m’aurais laisser faire quoi que ce soit sans prendre cette précaution.

Eragon esquissa l’ombre d’un sourire

- C’est vrais, mais je préfèrerai m’en assurer par moi même que tu ne risque plus rien, j’irai à la bibliothèque faire des recherche sur ce sort.
- Ce n’est pas la peine, tu as plus important à faire.
- J’y tien.

Arya savait qu’elle ne pourrais pas l’en empêcher, elle changea donc de sujet.

- Est-ce que tu l’aimes?
- Pardon ?
- Amelia ... Elle est restait à ton chevet durant ces quatre jours, elle ne voulais même pas dormir quand Saphira, Orik ou moi voulions la remplacer.

Eragon resta silencieux un long moment et finit par dire d’une voie hésitante:

- Oui, je l’aime.

A ce moment là il cru percevoir de la tristesse sur le visage de son amie, mais il ne fit aucune remarque.

- C’est bien, je suis heureuse pour toi, tu le mérite. Je doit te laisser à présent.

Arya se releva, et se dirigea vers la sortis, mais elle en fut empêchée. Eragon l’avait retenu par le poignet. Quand elle se tourna à nouveau vers lui, Eragon vit que quelques larmes s’écoulaient de ces yeux.

- Arya ... Je suis heureux que pour une fois nous ayons eu une conversations sans que nous nous disputions.

Elle lui souris, et se pencha sur lui pour l’embrasser sur le front. Et elle s’en alla.


Eragon resta un moment allongeait dans son lit afin de réfléchir sur ces derniers jours, quand il fut interrompu par un cris strident:

- WYYYYYYYYRDAAAAAAA!!!
- Que veux-tu? demanda Eragon à l’oiseau de la reine
- Ma maîtresse vous demande de bien vouloir la rejoindre devant le Tialdary Hall.

Et aussitôt le petit oiseau s’envola:

- WYYYYYYYYRDAAAAAAA!!!

Eragon se leva et alla s’habiller. Puis il partis rejoindre la reine.


Quand il arriva au point de rendez-vous, la reine était déjà la.
Eragon posa sa main sous son sternum et s’inclina:

- Que la chance t’accompagne.
- Que la paix règne dans ton cœur.
- Et que les étoiles veillent sur toi, vous m’avais demander votre majesté?
- Marchons si tu le veux bien.
- L’œuf est-il en sécurité?
- Oui.
- Pourrais-je savoir où il est ?
- Non, je suis la seule à savoir son emplacement, et je tien à ce que cela reste ainsi si tu le veux bien.
- Je n’y vois aucune objections
-Et justement je voulais encore te félicité pour avoir récupérer le dernier oeuf, quand tu es partis, je n’aurai jamais pensé que tu aurais put accomplir pareil prouesse, tu peux être fier de toi.
- Je serais fier de moi quand Galbatorix sera mort et la race des dragons sauvée. Et puis je ne serai jamais parvenu à réaliser cet exploit sans l’aide d’Amélia.


La reine s’arrêta net, ils se trouvait à présent à l’extérieur de la ville.

- Puisque tu parles d’elle, je ne veux pas qu’elle reste parmis nous.
- Pourquoi ça?
demanda Eragon en gardant son sang froid.
- Par ce que nous ne pouvons tolérer l’affront que nous font leur peuple, en refusant de nous aider et en nous envoyant qu’un seul de leur sujet en renfort.
- Ils ont leur raison. Vous avez bien coupé toutes relations avec les Vardens en les tenants responsables de la disparitions, alors vous êtes mal placés pour jugé mon peuple car je possède également une partie de leur sang !
s’emporta Eragon
- Comment oses-tu me parler, je ne tolèrerais un nouvel affront comme celui la, et comme celui que tu fait à ma fille en fleuretant avec cette femme, tout le monde ici sais qu’elle t’aimes.
- C’est donc ça, je n’ai pas à me justifier devant vous de ma vie privée. Encore une fois la reine des elfes a son jugement obscurcis par ses émotions.
- Comment peux-tu remettre en cause mon jugement, fait attention Eragon il n’est pas bon de me compter parmis ses ennemis.
- Il fut un temps où vous m’impressionner, mais je crois que c’est vous qui avez le plus à perdre de m’avoir pour ennemi, car bien que vous soyez très puissante, je ne penses pas que vous soyez te taille pour vous mesurer à moi. De plus une reine est remplaçable, contrairement à un dragonnier.


Le visage de la reine exprimé à présent une véritable fureur. Eragon souris et tourna le dos à la reine et s’arrêta.

- J’oublier, Amélia restera habiter dans mes appartements. Et demain sera annoncé une fête en sont honneur afin de l’accueillir comme je l’ai été, une cérémonie sera également organiser pour trouver le nouveau dragonnier.

Et il s’en alla en laissant la reine seule.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
kate

avatar

Nombre de messages : 132
Age : 26
Localisation : en train d'étrangler Amélia gniak gniak gniak
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 13:40

Wahou !!! la t'y va un peu fort !!! je veux qu'Amélia crève ! Twisted Evil sinon c'est toujours aussi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 13:49

Sad moi qui pensait que c'était mieu j'suis déçu lol
amélia elle crèvera qd elle sera vieille

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 14:47

nan faut qu'elle crève prochainement pour qu'Arya et Eragon ils aient pleins de peits nelfes lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chtite Yoyo

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 24
Localisation : A l'enterrement de Murtagh ... ='(
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 17:29

Je suis en train de lire mais j'arrive pas à continuer à cause de cette conne d'Amélia... Je l'avais presque oubliée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-and-love.skyblog.com
Chtite Yoyo

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 24
Localisation : A l'enterrement de Murtagh ... ='(
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mer 23 Aoû à 17:40

Pfff... C'est la révolte... Je déteste Amélia, je l'ai déjà dis ??

Sinon, c'est super !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-and-love.skyblog.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 2 Sep à 18:01

16
Résurrection




Eragon retourna alors dans son arbre quand il entra il ne trouva personne, intrigué il voulu contacter sa dragonne, mais cette dernière lui empêcha l’accès à son esprit il ne s’inquiéta pas plus longtemps, il savait qu’elle ne craignait rien dans le royaume des elfes. Il chercha alors du regard ses affaires. Ils les trouva entassés dans le coin d’une pièce, il fouilla dedans pendant quelques minutes, et sortis un baluchon avec quelques tintement métallique. « Je rangerais ça plus tard » ce dit-il en voyant le désordre qu’il laissé derrière lui. Puis il ressortis de ses appartements, au passage il pris une pomme: « cela suffira bien pour le reste de la journée ».
Il se mit alors à parcourir la ville, sur son passage la tout les elfes qu’il croisa le saluèrent, salut qu’ils leur rendais avec plaisir tellement l’atmosphère de cette ville lui avait manqué. Mais ce petit jeux le lassa malgré tout et il ne leur rendis leur salut que par de large sourires.
Il finis pas arrivé devant la forge de Rhünon, elle paraissait absorbée par son travail: elle était en train de marteler un magnifique bout de métal qui selon Eragon deviendrai une cuirasse, il s’installa alors sur un rocher à bonne distance pour ne pas la déranger. En attendant qu’elle finissent Eragon sortit sa pomme et croqua dedans à pleine dents.
Au fils du temps il voyait la forgerone donner vit à cette matière inerte, il était tellement fasciné par la maîtrise de elfe qu’il ne vis pas le temps passer. Quand elle s’arrêta, plus d’une heure c’était écoulé. Elle posa la cuirasse, et commença à travailler un nouveau morceau de métal, puis elle consenties à prendre la parole:

- Que me veux-u ? lui demanda t-elle en oubliant toutes marques de politesse.

Eragon sauta à pied joint sur le sol et lui lança le baluchon, qu’elle attrapa aisément en plein vol. Elle le posa sur son enclume, l’ouvrit et regarda dedans l’air agacé. Elle en sortit alors un petit morceau d’alliage qui paraissait très contendant, et qui brillé de mille feux aux rayons du soleil.

-Tu sais très bien que je ne peu pas Dragonnier.
- Et toi tu sais très bien que cette lame ne pourra plus servir pour le combat même réparé Rhünon elda.


Elle soutint son regard un moment et repris:

-Fors bien, vus ainsi je ne brise pas mon vœu.
- Merci beaucoup.
- C’est moi qui te remercie, au moins je me rendrai utile plutôt que de confectionner des armures pour des sages qui ne verrons pas les champs de bataille.
- Pourquoi ne pas les donner à de vrais guerriers ?
- Parce qu’il faut bien soigner l’ego des grands de ce monde, et les armures de nos guerriers sont fabriqué par magie, cela est beaucoup plus rapide.
- Pourquoi acceptes-tu de les faire si tu n’en tire aucune satisfaction?
- Je suis le meilleur forgeron du royaume, quelle genre d’artisan serais-je si je refusé un travail qu’il me plaise où non. Tout comme toi tu sera obligé d’affronter Galbatorix. Mais ne t’inquiète je vais m’occupé de cette épée, nos grandes personnalités peuvent attendre.
- Encore merci... Et pourrais-tu la faire porter directement aux appartements
d’Arya?


La forgerone qui c’était déjà remis au travail approuva d’un grognement.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 2 Sep à 18:04

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>




Murtagh était allongé sur son lit, il savait que c’était aujourd’hui que Galbatorix revenait de Gil Ead. Alors il restait la à attendre la venu de Gwenlaen. Et en effet quelques minutes plus tard on frappa à la porte.

- Entre !!! Dit le jeune homme d’une voie colérique.

Gwenalen entra sans faire attention à l’habituelle mauvaise humeur du dragonier.

- Suis moi Galbatorix, veux te voir.
- J’arrive. « Rejoint moi dans le hall » dit-il à Thorn en coupant leur lien juste après.

En sortant de sa chambre il bouscula la jeune femme sans lui prêter la moindre intention, cette dernière encaissa le coup sans rien dire, et ferma la porte derrière elle.


Ils descendirent un escalier en colimaçon, le jeune homme ne prenait même pas la peine d’attendre Gwenlaen. Celle ci du courir pour le rattraper, elle lui posa une main sur mais la retira aussitôt en voyant le regard noir qu’il lui lancer.

- Murtagh, je suis désolé pour tout ça. Lui dit-elle avec culpabilité et douceur.

Il grogna un moment dans sa barbe et grommela quelques:

- Tu ne fait que ce que tu dois faire.

Le reste de leur chemin se fit en silence. Arrivés en bas de l’escalier, ils sortirent par la porte en face d’un petit couloir. Ils prirent alors sur la gauche et se retrouvèrent dans un immense corridor, au loin on distingué la masse pourpre de Thorn. Quand ils l’eurent atteint, ils se trouvaient à présent dans un gigantesque hall. Murtagh passa alors devant Thorn sans luis prêter attention.

- « Tu pourrais au moins faire semblant de t’intéresser un peu à moi. »
- « Plus tôt nous aurons commencé plus ce sera terminé. Et puis ce n’est pas toi le plus à plaindre dans cette histoire. »

Le dragonnier pris le couloir sur sa gauche, et se dirigea vers la salle du trône de Galbatorix. Gwenlaen posa une main sur l’encolure écailleuse de Thorn et ils le suivirent.
Quand ils passèrent la porte, ils se retrouvèrent dans une vaste pièce circulaire, au bout de laquelle siéger Galbatorix.
Murtagh s’agenouilla à trente pieds devant lui, Thorn resta derrière lui, et Gwenlaen se plaça sur le coté à mi distance entre les deux dragonniers.

- Seigneur, je peux vous expliquer ...
- Pas maintenant

Galbatorix se leva et attrapa Murtagh par la mâchoire, le jeune-homme avais la désagréable impression qu’il le sondais du regard.

-Tu es toujours là à ce que je vois, cesse de résisté. Lui dit-il avec mépris
- Que voulez-vous dire seigneur ...
- Tais toi! Je pensais que tu avais déjà compris que tu ne pouvais pas lutter, mais je dois reconnaître que tu es coriace. Il va donc falloir que je te trouve un châtiment approprié.

Galbatorix regarda alors un moment son élève, puis il posa son regard sur Thorn, et il se mis à éclater d’un petit rire sadique.

- Attaque ton dragon, lui dit-il d’une voie douce.
- Quoi ?!?
- ATTAQUE LE !!!

Murtagh s’avança alors vers son amis et tira Zar’roc, il hésita un moment...

- Je ne peut pas. Dit-il à voie basse

Galbatorix sortis hors de lui et s’écria:

- TU LE FERA DE GRE OU DE FORCE !!!

Aussitôt Murtagh se mit à hurler à s’en arracher les poumons, il ne pouvais pas lutté contre l’esprit de son maître. Quand Murtagh cessa de crier Galbatorix l’obligea à attaquer son dragon et ce à plusieurs reprise. Quand Galbatorix sortit de son esprit, Murtagh put alors observé le carnage. Thorn était écroulai au sol dans une marre de sang avec de profondes entailles dans chacun de ses membres.
Le jeune homme voulu se dirigeai vers son dragon pour le soigner, mais Galbatorix cria:

- Gwenlaen le châtiment habituelle, pour le punir de son incompétence et avoir laisser Eragon s’emparer de l’œuf.

Aussitôt plusieurs garde se jetèrent sur lui, mais il ne l’entendait pas de cette manière et donna un violent coup de coude dans le visage de celui qui arrivait derrière lui, le faisant s’effondrer par terre. Les autres ne tardèrent pas a le saisir de toutes par, et il finit par se laisser faire.

- Ne t’en fait pas pour lui, il a la peau dure. Ricana son tortionnaire.

Les soldats l’attachèrent alors à une table, et s’en allèrent. Gwenlaen vint alors se placer à coté de lui, elle se pencha sur lui, et lui arracha sa chemise. Elle sortit alors une gourde qu’elle ouvrit, et versa une goutte de son liquide sur le dragonnier. Quand elle rentra en contact avec la peau du jeune homme celle-ci ce mise à fondre, c’était de l’huile de Seithr. Murtagh ne cessa de hurler que lorsque le liquide eu complètement traversé son bras, son bourreau parcouru ainsi tout ses membres, pour le parsemer de trous. Quand elle s’arrêta, elle sortis un tissu qu’elle roula en boule, elle l’imbiba d’huile de Seithr. Gwenlaen passa ensuite le tissu sur le corps du jeune homme, qui se mit a poussé des cris effroyables qui retentir dans toute la citadelle. Thorn ne tenais plus en place, il commençais a pousser des grondements, il ne pouvais plus rester la à regarder son amis se faire littéralement dépecé comme un animal. Mais lorsqu’il essaya de se lever les soldat se jetèrent sur lui et lui plantèrent leurs lances dans ses ailes et dans ses plaies encore sanglantes, le faisant retomber lourdement sur le sol.

-Très bien Gwenlaen, je pense qu’ils ont compris la leçon. Dit-alors Galbatorix
- Détachez le ! Ordonna alors la jeune femme.

Les soldats défirent alors les liens qui entraver le dragonier. Murtagh se releva péniblement et regarda son maître.

- Hors de ma vue je ne veux plus vous voir!

Murtagh fit alors demi-tour, Gwenlaen salua le souverain et retourna vers Murtagh. Elle voulu l’aider mais elle se retint, elle ne pouvait pas le toucher avec sa chair à vif.
Elle lança ensuite un regard à Thorn.

- « Ca va aller occupe toi de lui. »

Elle raccompagna, Murtagh jusqu’à sa chambre. Elle ferma la porte derrière elle.

- Soigne toi maintenant !
- Je ne peut pas j’ai perdu beaucoup de force quand il a introduis mon esprit.
- Puise dans les miennes alors.
- Non!
- Murtagh tu ne pas rester comme ça.

Après un cour instant de réflexion le jeune homme puisa l’énergie de son amie pour se soigner. Une fois cela fait Murtagh s’avachit sur son lit, bien qu’il se soit soigné il paraissait encore faible et trempé de sueur. Gwenlaen, bien qu’affaibli alla s’asseoir sur une chaise à coté de lui et lui épongea le front.

- Murtagh, je suis désolé...
- Tu fais juste ce que tu dois faire, et puis si ce n’est pas toi un autre s’en chargerai. Lui dit-il d’une voie faible

Gwenlaen se pencha alors sur lui et l’embrassa, Murtagh passa un de ses bras autour ses épaules et l’autres autour de sa taille. Il la fit ensuite basculer sur son lit jusqu’a ce qu’elle se retrouve sous lui. Murtagh commença à lui caresser les cuisses, Gwenlaen voulu alors se dégageai des bras de son amant, mais celui-ci resserra violemment son étreinte, et lui mordis à sang sa lèvre inférieur. Elle le repoussa alors violemment, et le frappa au visage. Murtagh attrapa Zar’roc posé sur une table nuit et frappa dans la direction de son amie, mais il retint son coup à quelques centimètres de Gwenlaen qui devint livide.

- Murtagh, il faut te reprendre. Lui dit-elle hésitante
- Vas t’en, tout suite! Lui lança t’il avec difficulté

La jeune femme ne se le fit pas dire deux fois et sortis aussitôt.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 2 Sep à 18:07

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>




Eragon s’éloigna de la forge, les bruits de fer qui s’en dégager se faisait de plus en plus faible alors qu’il regagner le cœur de la ville. Alors qu’il se laisser emporter par son imagination, il se retrouva face à Amélia qui le testé du regard, il savait qu’elle ne dirai rien alors il se lança:

- Je suis désolé pour ce matin, j’ai manqué de tact. Je ne voulais pas t’offenser en voulant parler seul à seul avec Arya, je n’ai pas réfléchi j’ai agis comme un idiot.
- Saphira et Orik m’on parler de toi et d’Arya, je ne savais pas que vous aviez vécu tant de chose ensemble. Je peut comprendre maintenant pourquoi tu tien tellement à son amitié, mais la prochaine fois tache de faire attention.
- C’est promis. Lui jura Eragon tout en s’avançant vers elle pour l’embrasser. Retourne à l’arbre je dois encore aller voir une personne.

Amélia fut alors intrigué par son comportement et lui demanda:

- Que se passe t’il Eragon, tu semble tourmenté.
- Je ne vais pas te mentir, c’est vrais que je suis préoccupé, mais si tu veux savoir demande à Saphira, je lui fait plus confiance pour savoir ce que je peut révéler ou non... Vas-y je te rejoindrais bientôt.

Et il se mit à courir pour qu’elle ne le rattrape pas. Arrivé au cœur de la ville, il demanda un elfe qui jouais de la flûte s’il pouvait lui indiquer les quartiers de Vanir, ce dernier ce fit un plaisir de lui guider le chemin, et le laissa seul une fois arrivé sur le seuil de la porte. Eragon entra et vit Vanir assis à un bureau en train d’écrire sur un parchemin, qu’il s’empressa de ranger en entendant la présence de l’intrus. Quand il se retourna Vanir fut étonner de voir le dragonnier chez lui.

- Excuse moi je ne voulais pas te déranger.
- Tu ne me dérange pas Tueur d’Ombres
- Qu’est-ce que tu écrivais ?
- C’est juste ... Ca n’a pas d’importance. Et que me vaux votre visite ?
- Je t’en pris appelle Eragon, je viens te voir car je veux reprendre l’entraînement dès demain.
- Très bien je serai près à la même heure que d’habitude.
- Je vois que ton bras va mieux.
- Oui il est parfaitement remis à présent.
- Bien.. Comme tu es ambidextre, je me demander si demain tu ne pourrai pas te battre avec deux épées ?
- Bien sur mais pourquoi cela?
- Je ne c’est pas, une intuition.


Et il retourna alors vers ces appartements. Quand il arriva un repas leur avait été porter, il mangea donc avec Amelia, et leurs dit à elle et à Saphira:

- Je vais reprendre mon entraînement demain avec Vanir, c’est un très bon bretteur, ajouta t-il pour Amélia.
- « Oui, après nous irons voir Oromis et Glaedr, nous avons déjà bien assez perdu de temps comme ça. »

Eragon approuva d’un signe de tête.

- Qui sont-ils? demanda Amélia.
-  Ce sont nos maîtres, lui répondit Eragon sans plus de précision.
- « Oromis est un dragonier elfe, et Glaedr est son Dragon » ajouta Saphira

Amélia paru étonné mais n’en demanda pas plus.

- « Tu devrais aller te coucher Eragon, tu dois être en forme pour demain »

Eragon confirma d’un signe de tête et se dirigea vers sa chambre. Mais une sensation étrange lui pris l’estomac en voyant que c’est lit c’était transformé et pouvait accueillir à présent deux personnes. Il se rendit compte, que s’en même s’en apercevoir qu’il redoutait depuis longtemps ce moment. Il c’était déjà endormis avec Amélia, mais ils n’étaient jamais seul. Eragon essaya de ne plus y penser, il remonta son réveil, et se coucha.
Quand Amélia vint le rejoindre, Saphira leur dit:

- « Je vais aller chasser. »

Et elle s’envola.



<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>




Après le départ de Gwenlaen? Murtagh c’était endormis comme une masse. Quand il se réveilla, il s’étira et fit craquer ses articulations. C’est alors qu’il repensa aux blessures de Thorn, il sauta de son lit et pris un chemise neuf. Murtagh alla dans la direction des souterrains de la ville, le seul lieu que Thorn trouva à proximité de son dragonier. Quand Thorn le vit arrivé il lui demanda:

- « Tu vas mieux ? »
- « Oui, je peux t’examiner ? »

Le dragon n’eu pas le choix car il était encore obligé de rester cloué au sol. Les pattes de Thorn ne saignaient plus, mais les plaies n’étaient pas encore refermées. En quelques minutes Murtagh les referma, puis soigna les ailes percées de son dragon. Le garçon s’assis alors contre l’épaule de son ami.

- « Murtagh qu’y a t-il ? »
- « J’ai failli tuer Gwenlaen tout à l’heure... »
- « Ils deviennent plus fort ? »
- « Oui, ... Thorn je ne pourrais pas continué longtemps comme ça. J’espère qu’Eragon aura compris. »
- « Oui, moi aussi. »
- « Il faut que je retourne dans ma chambre, j’ai encore besoin de repos. »


Quand il entra dans la citadelle, Murtagh entendit des éclats de rire raisonner dans tout le bâtiment, cela lui glaça le sang.

- « Que se passe t-il Murtagh ? » demanda Thorn inquiet
- « Galbatorix! Quelque chose semble le rendre de très bonne humeur, je dois savoir ce que c’est »
- « Il ne te fait pas confiance, il ne te dira rien »
- « Pas si il pense que je suis avec lui, pour cela je vais devoir le laisser le contrôle. »
- « Ne fait pas ça Murtagh. »
- « Je sais ce que je fait, et puis tu seras là. »

Murtagh brisa le lien, et se précipita dans le long couloir qui mener à la salle du trône. En le voyant arrivé deux soldats abaissèrent leurs lances et l’un d’eux lui cria:

- Sa majesté nous à donné l’ordre de ne pas vous laisser entrer.

Murtagh tira Zar’roc de son fourreau, et d’un geste circulaire il trancha le garde de gauche, et de sa main libre il arracha la gorge du second qui s’étouffa par terre avec son sang.
En le voyant entré dans la pièce Galbatorix repoussa le miroir qu’il y avait devant lui, et cria:

- Gardes faites le sortir d’ici.

Mais en regardant vers la porte Galbatorix aperçu la marre de sang, et dit d’une voie amusé.

- Murtagh je t’ai déjà dit que si te pouvais te défouler, mais je ne veux pas que tu salisses ma demeure.
- Excusé moi maître, cela ne se reproduira plus.
- Maintenant pars tu nous dérange.
- Maître j’aimerais participer à cette réunion, je ne vous décevrai pas cette fois ci.

Gabatorix paru étonné de le voir finir sa phrase en ancien langage, il sonda alors son élève du regard et dit:

- Très bien tu peux rester.
-Merci maître.

En se relevant Murtagh regarda l’Ombre posté à coté de l’empereur et lui lança:

- Tien déjà régénéré!

Mais l’ombre ne releva cette remarque. Et Galbatorix repris.

- Nous étions justement en train de parler avec Crovax, de votre échec cuisant face à Eragon.
- Mais il n’était pas seul, une inconnu et Arya la porteuse d’œuf et une inconnu l’avaient accompagné.
- Imbécile tu crois que je t’avais attendu pour prendre ces information dans ton esprit !?!
- Non bien sur maître.
- Mais bien que je ne comprenne toujours pas pourquoi cette elfe sois toujours en vie, mon sort a eu également pour effet de la marquer. Regarde!

Galbatorix lui indiqua le miroir, Murtagh put y voir ce qui semblé être une forêt vus du dessus.

- Qu’est-ce que c’est ? Demanda t-il
- La forêt du Du Weldenvarden , cette chère petite nous à directement conduit chez les siens. Nous allons pouvoir frappé plus fort et plus rapidement que les elfes ne s’y attendent.
- Maître laisser moi conduire votre armée!
- Non je ne te fait pas encore assez confiance, c’est Crovax qui la mènera.
- Mais il ne sera pas assez fort pour se mesurer à Eragon et lui reprendre l’œuf.
- Toi non plus, c’est pour cela que j’enverrai mon plus fidèle élément je sais que lui ne me décevra pas, c’est lui qui sera chargé de récupéré l’œuf.
- Qui ? Demanda Murtagh

Galbatorix éclata de rire et dit:

- ROZAMN APPROCHE!!!

Murtagh vit alors une silhouette encapuchonné se diriger vers lui.

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Tia

avatar

Nombre de messages : 1
Age : 25
Localisation : dans les bras de Murtagh en train de l'embrasser
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Mar 8 Mai à 16:36

j'espère que ta pas arrêter ta fic parce qu'elle est génial Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
voila ma fanfic d'eragon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Sanya et Eragon
» Eragon
» Eragon
» Eragon
» Castlevania: amis pour la vie [fanfic]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'HERITAGE :: Tout et n'importe quoi :: Hobbyes :: Vos oeuvres-
Sauter vers: