L'HERITAGE

venez parler de votre livre préféré en toute liberté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La légende d'alderan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: La légende d'alderan   Ven 21 Juil à 14:08

LA LEGENDE D’ALDERAN



I
SACRIFICE





Depuis la nuit des temps la guerre fait rage dans les terres d’Olsia, entre les trois grands dieux : la déesse Lestatia, la plus jeune, la plus folle et sauvage ; on raconte d’elle qu’elle se nourris de chair humaine et qu’elle utilise les ossement de ses ennemis afin de confectionner les armures de ses soldats. Elle est à la tête de l’empire Skalen qui s’étend sur une grande partie nord d’Olsia. Salias quant-à lui est le plus ambitieux et le plus dangereux des trois, il contrôle l’immense plaine Ashen constituant la partie ouest d’Olsia, son territoire est séparé au nord est des terre de Lestatia par la rivière Ciltrine, qui s’écoule depuis la montagne blanche, territoire encore inapproprié et le point centrale des terres d’Olsia. Le dernier des trois, Mirvilis est le plus sage et puissant, on dit qu’il accorde un profond respect pour la vie, et que c’est pour cela qu’il se retira de la guerre il y a bien longtemps. Et malgré sa puissance il ne put que protéger convenablement que le petit territoire du Raer au sud est de la montagne blanche, protégé d’un côté par un immense massif montagneux et de l’autre par un bras de mer. Ce qui rend se territoire facile à défendre car le seul passage à protéger se trouve au nord, ne faisant qu’une dizaine de lieues et étant recouvert par la forêt qui entoure la montagne blanche.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Le jour se levait sur la ville d’Ismal, une ville très active, car elle a toujours été une plate-forme commerciale entre le nord et le sud de l’empire, mais surtout une ville garnison car le champ de bataille ne se trouvait qu’a une journée de cheval à peine. Elle avait donc une allure de forteresse derrière un mur d’enceinte très épais et lourdement armée. Cependant quelques habitions étaient encore présente en dehors de la ville, dont une forge d’où s’élevait déjà des bruits de métal, c’était Nerak qui s’affairait sur son enclume. Ce bruit conjugué aux rayons du soleil qui passaient par sa fenêtre vinrent à bout du sommeil d’Alderan, un jeune Ashen de vingt ans, il mesuré environ six pieds de haut et devait pesait à peu près cent cinquante live. Il se retourna plusieurs fois dans son lit, se redressa et frotta ses yeux encore vitreux, puis il repoussa sa couverture, attrapa son pantalon en cuir usé et l’enfila. Il s’assit sur le rebord de son lit, le dos au soleil révélant ainsi ses épaules larges et puissante dont la gauche étaient parcourue d’une multitudes de petites cicatrices difformes qu’il devait à son père un jour où il l’avait poussé sur les braises ardentes de la forge. Il resta un moment ainsi, un bras sur ses genoux, et son autre main posée sur son visage l’air soucieux. Puis il se leva, révélant toute sa musculature dont chaque mouvement faisait saillir la plupart de ses veines sous sa peau, et se dirigea vers une bassine d’eau posée sur une commode en bois, où il humidifia une serviette qu’il se passa sur le torse et son visage bien dessiné avec mâchoire carré, des joues creuses qui faisait ressortir des pommettes osseuses, tous ses traits bien marqué et très prononcés. Ses cheveux était aussi cour que sa barbe de quelques jours étaient si foncés qu’il lui donner un regard noir et glacé bien que ses yeux fussent vert, et une autre cicatrice lui donner un air encore plus froid, elle partait depuis son arcade gauche jusqu'à sa tempe, il se l’était faite un jour où il brisa une lame, dont l’un des morceaux vola directement sur lui, quand il apprenait encore le métier de forgeron. Il se passa ensuite une chemise en lin blanc, elle n’avait pas de manches et ne se fermer qu’avec deux boutons, une fois près il descendit un escalier qui le mena dans une petite cuisine où il embrassa Shanys, sa mère. Il alla s’asseoir à la table où il se versa un ver d’eau, et se rompit un morceau de pain. C’est à se moment là que Nerak fit irruption dans la pièce, il était dégoulinant de sueur, il but un peu d’eau, puis se tourna vers Alderan.

- Je vais avoir besoin de toi à la forge aujourd’hui, on m’a fait une grosse commande et je dois la livrer cet après midi.
- Non je ne peux pas.

Le ton de son père se fit soudain rude :

- Et puis-je savoir pourquoi ? … Tu vas encore aller la voir !
- Le corps de Gueldwin vient d’être rendu à ses parents, répondit-il avec froideur.

Durant une fraction de seconde son père parut se radoucir mais il ajouta :

- Et tu ne tarderas pas à le rejoindre si on ne livre pas à temps, n’oublis pas que c’est parce que je t’ai fait devenir un forgeron reconnu que le mage de la ville à bien voulu que tu n’ailles pas sur le champ de bataille.

Alderan perdit don sang froid et s’emporta :

- Et bien j’aurais préféré, au moins je serai avec eux, tous les amis et jeunes de mon âge sont en train de se battre, et moi je ne peut qu’attendre de les voir mourir, Gueldwin est déjà le dixième cette semaine, et tout ça à cause d’une stupide guerre dont personne ne connaît la cause et de la cupidité de quelques magiciens !
- Fait attention à ce que tu dis, la clémence des dieux a sa limite Alderan !
- Pauvre fou ! Je suis sure que Salias tout de notre existence.
- Ne prononce plus jamais le nom de notre Dieu Salias de manière aussi familière, tu vas attirer le malheur sur notre maison.

S’en était trop, Alderan se leva et sortit de la maison en lançant un regard répugné envers son père.
Il prit la direction de la ville, petit à petit les rues commencèrent à s’animer, il salua les quelques personnes qu’il reconnu. Au détour d’une ruelle il se retrouva face à une épaisse porte en bois, à laquelle il frappa. Des bruits de pas se firent entendre et la porte s’ouvrit avec un léger grincement. Alderan fut surpris de trouver Neya dans l’encadrement de la porte, une jolie jeune femme aux cheveux châtain foncé, et de magnifiques yeux vert qui étaient remplis de larmes. Elle se jeta alors dans ses bras, où elle paraissait bien fluette, elle pleura un moment puis elle releva sa tête de son épaule et l’embrassa, puit elle lui dit :

- Ils sont à l’intérieur, on se verra plus tard, j’ai du travail qui m’attend au magasin.
- D’accord.

Et elle s’en alla, Alderan entra alors dans la maison. Il vit les parents de Gueldwin assis à une table dans un coin, mais il se dirigea vers le milieu de la pièce où s’étendait un cercueil dans lequel reposer son ami, il découvrit alors avec effrois son visage mutilé. Mais quelle chose a bien pus faire cela se demanda t-il, on aurait dit qu’il c’était battu avec une bête sauvage. Puis en y regardant de plus près il se rendit compte, qu’il portait un uniforme d’officier, mais cela ne l’étonna guère, il faut dire qu’ils avaient fait les quatre cents coups ensembles. Mais de leur groupe il manqué désormais Malek et Gueldwin, et si Erol lui aussi serait mort, il ne resterais plus que lui.
Quand il réussi à détacher son regard du corps de son ami, Alderan se dirigea vers ses parents toujours assis autour de la table, le père serrant toujours sa femme contre lui.

- Je vous présente toutes mes condoléances, et si vous avez besoin de quoi que ce soit n’hésiter pas.

Le père de Gueldwin releva sa tête, révélant ses yeux rougis.

- Merci beaucoup Alderan, mais maintenant Gueldwin peut vivre heureux au coté de notre Dieu.

Un rictus apparu alors sur le visage du jeune homme, qu’il s’efforça de cacher.

- Veuillez m’excuser, mais je dois partir, mon père a besoin de moi.
- Biensur vas-y. Mais maintenant. Mais tu viendra à l’enterrement cet après midi ?
- Oui j’y serais.

Et il sortit sans se faire prier.
Bien qu’il n’en avait pas envie, il prit la direction de chez lui afin d’aider son père. Mais en revenant sur ses pas, il entendit un tumulte inhabituel s’élever quelques rues plus loin. La curiosité prenant le pas sur ses obligations, poussa Alderan à aller voir ce qu’il se passe. Arrivé sur place il se fraya un chemin au travers de la foule, et vit qu’un groupe de cinq soldats, qui avaient beaucoup plus d’allure que la plus par des autres soldats de la ville et portés des armures de bonnes qualitées, descendait la rue de bon pas. Intriqué que l’on fasse tant d’affaires pour si peu, Alderan demanda à un homme à coté de lui :

- Pourquoi tant d’agitation pour de simples soldats ?
- Parce que ce ne sont pas de simples soldats, ils font partis des troupes personnels de Salias, et en général ils ne sortent pas pour rien, d’après ce que l’on raconte ils sont la pour Garrell l’épicier, il serait un espion Raem de Mirvilis.

Son cœur fit alors un bon dans la poitrine d’Alderan, il se précipita en dehors de la foule, et se mit à courir dans un dédale de ruelles, mais en tournant à l’angle de l’une d’elle, il percuta un homme et tomba au sol en s’écorchant un genou. L’inconnu l’aida à se relever, il était très grand et maigre, il portait une grande cape de voyage grise, et avait de longs cheveux noirs ainsi qu’une fine barbe, mais ce qui troubla le plus Alderan était ses yeux totalement blancs.

- Excusez moi monsieur, je ne vous avez pas vus.
- Ne t’excuse pas Alderan, ce n’est que ton destin qui se met en place, mais si je peut te donner un conseil ; écoute ton cœur et ne te laisse pas submerger par ta colère. Lui dit-il d’un ton solennel, tout en continuant sa route.
- Que voulez-vous dire ? Comment connaissez-vous mon nom ?
- Il me semblait que tu étais pressé, répondit-il d’un ton égal tout en disparaissant au coin d’une rue.

Cette phrase ramena aussitôt Alderan à la raison, qui chassa alors cet homme étrange de ses pensées et se remit à courir plus vite que jamais. Il s’arrêta enfin devant une boutique, dans laquelle il entra.

- Bonjour Alderan ! Lui dit un homme au physique généreux, d’une voie enjouée
- Bonjour … Garrell, où sont votre femme… et votre fille ? demanda t-il le souffle court.
- Dans l’arrière boutique, pourquoi ?

Alderan l’y poussa alors, Ella et Neya étaient bien là, et ferma la porte derrière lui.

- Vas-tu enfin me dire ce qu’il se passe ?! demanda Garrell maintenant très agacé par son attitude.

Tout en prenant Neya dans ses bras il leurs dit :

- Des soldats sont en route, ils viennent vous chercher, ils pensent que vous êtes des espions de Mirvilis.

A peine eu t-il finit sa phrase que Garrell sortit une dague qu’il avait à la ceinture, et se la planta directement dans la gorge, il fut aussitôt imité par sa femme qui s’écroula par terre. Alderan était sidéré par se funeste spectacle, Neya en profita alors pour se défaire habilement de son étreinte, et sortit à son tour une dague d’un pan de sa robe. Mais d’un geste vif le jeune homme lui enserra le poignet et lui arracha l’arme de la main. Ils restèrent un moment à se juger du regard, c’était donc vrais se disait-il, celle qu’il aimait été une Raem et elle venait de tenter de mettre fin à ses jours devant lui. Au bout d’un moment elle se décida à rompre le silence :

- Ne soit pas stupide Alderan, rend moi cette dague ! Si les soldats nous trouvent ici, il te tueront, et moi si j’ai de la chance je me ferai juste torturais jusqu’à ce que je leur révèle ce qu’ils veulent savoir. Alors rentre chez toi, et oublis moi !

Des bruits se firent entendre dans la boutique

- C’est trop tard, ils sont déjà là.

Un homme défonça alors la porte d’un coup de pied, et les soldats entrèrent dans la pièce, Alderan poussa alors son amie derrière lui pour la protéger. En voyant les deux corps gisants sur le sol, les cinq soldats dégénèrent leurs épées. Le premier dit alors :

- Rendez-vous traîtres, ou nous devrons vous tuer !
- Alors nous mourons, lui répondit-il sur un ton de défi.

Le soldat leva alors son épée, et lui abattis dessus, par réflexe Alderan interposa son bras, et à la surprise générale cette dernière se brisa dessus. Il profita alors du trouble qui c’était installé pour lui planter sous son œil droit, l’uns des seuls endroits où le permettait son armure. Le pauvre homme poussa alors un cri qui leur glaça le sang, tout en déversant des gerbes de sang sur le jeune homme. En voyant leur compagnon tomber au sol, deux des soldats s’enfuirent, et l’un des deux qui restaient se jeta alors sur lui, son épée dans la main gauche pointée vers lui.
Alderan fit alors un bon sur le coté, et de sa main droite attrapa le poignet gauche du soldat, qu’il sentit craquer sous la pression de ses doigts lui faisant lâcher son arme. Puis il posa son autre main sur l’épaule du soldat, et appuya dessus de toutes ses forces. Le craquement du bras ne se fit même pas entendre, surpassé par l’hurlement de sa victime, qu’il laissa tomber au sol. Il se tourna alors vers le dernier qui déguerpit aussitôt. Alderan alla ramasser une épée qui traîner sur le sol, et s’approcha du soldat encore couché sur le sol, en train de gémir tout en tenant son bras qui formait un angle bizarre, il s’approcha de lui et en un cri de rage, il lui planta l’épée en pleine cage thoracique.
Alors fit alors quelques pas en arrière, et respira profondément pour faire passé la nausée qui le gagnait, et alors qu’il récupérait peu à peu ses esprits, il sentit une étrange sensation envahir son bras gauche, et quand il le regarda, celui-ci était agité de spasmes incontrôlables tout comme l’étaient ses mains, puis une terrible douleur lui transperça le bras, qui le cloua au sol en lui coupant la voie. Il n’avait plus qu’une chose à faire : attendre

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Chtite Yoyo

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 24
Localisation : A l'enterrement de Murtagh ... ='(
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: La légende d'alderan   Mer 26 Juil à 21:06

J'aime bien le début de l'histoire, y'a déjà des retournements de situation et tout même si je me perds un peu dans tout les noms.
Tu devrais seulement relire ton texte avant de le poster car y'a beaucoup de fautes de conjugaison et aussi, au lieu de mettre des virgules à n'en plus finir qui forme des phrases de deux à trois lignes, mets des points.
Sinon, c'est très bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-and-love.skyblog.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: La légende d'alderan   Ven 28 Juil à 0:40

lol
ok je vais faire ce que je peut

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Chtite Yoyo

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 24
Localisation : A l'enterrement de Murtagh ... ='(
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: La légende d'alderan   Ven 28 Juil à 21:35

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-and-love.skyblog.com
kate

avatar

Nombre de messages : 132
Age : 26
Localisation : en train d'étrangler Amélia gniak gniak gniak
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: La légende d'alderan   Sam 29 Juil à 15:57

pas mal met la suite par contre défois on a du mal à comprendre car il manque des mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La légende d'alderan   

Revenir en haut Aller en bas
 
La légende d'alderan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rocky Balboa : Une légende s'écrit jusqu'au dernier round.
» [Warner] Le Royaume de Ga'Hoole - La Légende des Gardiens (27 octobre 2010)
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» DT Louis XIII 1639H (332) légende inédite?
» Cahors : la légende du pont du diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'HERITAGE :: Tout et n'importe quoi :: Hobbyes :: Vos oeuvres-
Sauter vers: