L'HERITAGE

venez parler de votre livre préféré en toute liberté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 voila ma fanfic d'eragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: voila ma fanfic d'eragon   Ven 19 Mai à 21:32

RENOUVEAU



1
La fin d’un cauchemar



Voila trois jours que la bataille des Terres Brûlantes étés terminer. Eragon se trouver a Aberon la capitale du Surda pour récupérer ses forces, il n’avait revu ni Arya ni Nasuada depuis la fin de la bataille, Roran quant à lui est partis retrouver les villageois, mais le plus dure pour Eragon été le départ de Orik qui été retourner à Farthen Dùr pour l’enterrement du roi Hrothgar, malgré que Orik compris qu’il ne pouvait assister a la cérémonie, Eragon avait honte de ne pouvoir rendre un dernier hommage au roi des nains qui l’avait accueillis dans sa famille en faisant de lui un Ingietum. Cependant il promis a Orik d’assumer ses fonctions en prenant part a l’élection du nouveau chef de clan, en prenant chaque jour un contact mental avec le nain.
Ce matin là Eragon été seul dans la grange mise a sa disposition, en effet le roi Orrin n’avait n’avais pas d’appartement approprié pour accueillir un dragonnier et sa monture, ce qui convenais parfaitement a Saphira et Eragon car ainsi ils étaient éloigné de la ville et Saphira avait tous le loisir d’aller chasser en paix. Eragon profita donc d’une de ses sorties pour réfléchir a ces derniers évènements. Mais il fut interrompu en sentant l’arrivé de son frère.
- Bonjour, Roran
- Bonjour, dit-il l’air impassible
- Comment vont les villageois ?
- Bien, Nasuada fait tout son possible pour reloger tout le monde, elle a même offerte une forge a Horst pour qu’il puisse travailler pour les Vardens … elle est formidable.
- Oui c’est quelqu’un de très généreuse, t’as t-elle entendu ?
- Oui, elle a même voulu m’offrir un poste important dans l’armée Varden , une fois mon récit terminer
- As-tu accepter ?
- Non, dit-il brusquement en plantant son regard furieux dans celui d’Eragon
- Ne t’en fait pas je n’ai pas oublier ma promesse, nous irons sauver Katrina et venger notre père, et ….
- Quand ? coupa t-il d’un ton sec
- Bientôt mais j’ai des choses a faire avant et toi aussi !
- Qu’attend tu de moi, cria t-il d’un air furieux, nous perdons du temps Katrina risque de mourir …
- Fait moi confiance, coupa Eragon d’un ton calme, je t’ai dis que je t’aiderai a sauver Katrina et je le ferais, mais je ne partirai pas pour une mission suicide, je veux d’abord savoir ce que tu vaut et t’apprendre a protéger ton esprit, qui sais ce que nous rencontrerons sur notre chemin. De toutes façons je dois aller voir Nasuada et je ne partirai pas tant que les troupes de l’empire ne serons pas dispercées
- Très je te fais confiance, bien que je n’ai pas le choix.
- Très bien, veux-tu m’accompagner voir Nasuada ? Saphira arrive.
Et il accepta d’un signe de tête.
Il aida alors son frère a monter sur la dragonne, « tu devras t’y habituer nous ne voyagerons que comme ça une fois partis » lui dit-il, et ils partirent pour retrouver Nasuada.

Eragon et Roran frappèrent a la porte de son bureau et on entendis la vois de Nasuada dire :
- Entrer
- Eragon je suis heureuse de te revoir, comment te sens-tu ?
Eragon regarda autour de lui et vis Arya a côté d’elle qui les regarder avec curiosité, et il dit :
- Je vais bien, j’ai totalement récupéré.
- Très bien dit-elle et comment vont les gens de Carvahall ? a l’adresse de Roran
- Nous ne pouvions pas espérer un meilleur accueil, Dame Nasuada.
Elle sourit puis dit :
- Alors que me vaut cette visite ?
- Comme tu dois le savoir Katrina la future femme de Roran est prisonnière des Ra’zacs, et je lui ai promis que je l’aiderai à la délivrée … et nous comptons partir sous peux …
Alors seulement Arya se manifesta et posa sa main sur l’épaule du garçon elle lui dis :
- Alors je vous accompagnes !
Eragon regarda a tour de rôle Arya et Roran et dit :
- Non c’est une quête que nous devons faire seule, les yeux d’Arya s’embrasaire instantanément en entendant ces paroles et avant qu’elle n’ais put dire quoi que se soit il ajouta, et ce n’est pas discutable
Le visage d’Arya se durcit et elle alla se replacer au côté de Nasuada qui dis alors :
- J’aurai eu besoin toi et de Saphira ici mais visiblement ton choix et fait et je ne pourrais pas t’empécher de partir.
- En effet !
- Bien quand partez vous ?
- Pas avant une semaine voir deux.
Roran eu un léger rictus et il se mit trembler mais ne dit rien.
- Bien, repris Nasuada, sa me laissera le temps de m’organisé, est-ce tout ?
- Non j’aimerais pouvoir rendre visite à Elva avec ta permission.
- Tu veux la défaire de ta bénédiction, dis alors Arya qui retrouva son air habituel, es-tu sur d’avoir retrouver asser de force ?
- Oui je veux la libérer.
- Tu n’as pas répondu à ma deuxième question !
- Je dois le faire, dit-il simplement
- Bien dans ce cas nous t’accompagnons, dit Nasuada
- J’aurai besoin d’une grande pièce car il me faudra l’aide de Saphira.
- Aucuns problèmes, as tu besoin d’autre chose ?
- Non, mais si c’est possible j’aimerais que Fredric test Roran et j’aurai besoin d’une nouvelle épée.
- C’est d’accord, mais nous verrons cela demain je t’enverrai quelqu’un pour te conduire au camp d’entrainement, pour l’instant il faut nous occuper d’Elva.
- Merci à toi Dame Nasuada.
Il n’eu pour réponse qu’un sourire.

Nasuada les conduisirent alors jusqu'à un grand hall où Eragon retrouva Saphira
- «Es-tu sure de pouvoir la libérer, on peut encore attendre que tu récupère » lui demanda t-elle
Il s’en approcha et lui passa une main sur les écailles de son encolure et dit :
- « Sa va être difficile mais avec ton aide je pense y arriver »
- « Tu peut compter sur moi petit homme »
Cinq minutes plus tard Elva arriva elle été assise dans un grand siège et paraissé heureuse et effrayée, elle été accompagner d’Angela et de la vieille femme qui s’occuper d’elle.
C’est alors qu’Angela s’approcha d’Eragon et elle lui dit d’un ton sévère :
- Tu as intérêt a ne pas lui faire de mal, sinon tu aura a faire à moi !
- Paix mon amie, cette fois je sais ce que je fais.
Elle sourit
- Bien maintenant sortaient tous, nous avons besoin d’être seuls.
Personnes n’osa discuter et s’exécutèrent. Quand tous furent sortis Eragon s’approcha d’Elva
- Es tu prète ?
- Oui je pense, dit-elle avec un tremblement dans la voie, mais avant que tu ne commence je dois te dire quelque chose … Je ne sais pas ce qui se passe mais Arya a très peur, elle est inquiète pour toi et elle pourrai faire des choses regrétables .
- Je sais, j’irais lui parler
- Fait attention Argethlam
- C’est promis. Avant de commencer j’ai moi aussi une chose a te dire, je peut te libérer de cette malédiction mais je ne peut te garantir que je réussirai à éliminé toute la magie qu’il y a en toi par conséquent quand du grandira tu auras toujours une sorte de dont d’empathie mais rien de comparable avec ce que tu vie en ce moment, tu gardera la marque de Saphira également. Et sache que je veillerais sur toi tant que je le pourrai, je te le jure.
- J’ai toute confiance en toi dragonnier, lui dit-elle des larmes lui montant aux yeux et s’il me reste encore un dont d’empathie alors j’en serais très heureuse, je suis également très heureuse de conserver la marque de Saphira car je suis sure qu’elle ne peut que m’apporter que de bonne choses
Saphira approuva d’un léger grognement envoyant de l’air chaud sur le visage de l’enfant
- J’ai cependant une dernière question, est-ce que je me souviendrai de toute cette partie de ma vie ?
- Je n’en ai aucunes idée, dit-il avec un sentiment de culpabilité dans la voie, … pouvons nous commencer ?
- Allons-y dit la petite fille d’un air décidé
Cinq heure passèrent quand Eragon et Saphira sortir du hall, ils furent surpris de voir que tout le monde les avaient attendu. C’est Angela qui rompis le silence la première :
- Comment va-t-elle ?
- Elle se repose.
- As-tu réussi a rompre la malédiction ?
- Nous y travaillons, ma magie a eu le temps de s’imprégner dans tous sont être depuis ces derniers moi, et la tâche s’avaire plus difficile que je ne l’avait pensé. Mais encore quelques heures et je pense que nous réussirons a l’en débarrasser…
Saphira aquiessa d’un signe de tête
- … en attendant Saphira et moi avons besoin de nous reposer et de manger nous sommes exténués .
- Je vais vous faire porter de quoi manger, leur dit Nasuada
Arya s’avança et lui demanda :
- Es tu sure de pouvoir continuer, tu pourrais très bien reprendre demain matin ?
- Non, je dois finir aujourd’hui, le l’ai promis a Elva .
Eragon et Saphira mangèrent dans un silence que personne ne voulu rompre, après avoir finis leurs repas Eragon pris une gorgée de faelnirv que lui avait donné Oromis ce qui lui redonna un peu de force, et sans un bruit ils retournèrent dans le hall où les attendais Elva .
A l’extérieur le groupe commencer a s’impatienter, car cela faisait plus de trois heures qu’Eragon été retourné auprès d’Elva, ce ne fut que lorsque la nuit été tombée qu’ils entendirent du bruit de l’autre côté de la porte. Deux minutes plus tard la porte s’ouvrit laissant apparaître la silouette d’eragon précédent celle de Saphira. Quand ils entrèrent dans la légère lumière qui baigné le couloir on put distingué un petit baluchon entre les bras. Eragon s’approcha de la vieille femme et le lui tendis le linge blanc en laissant apparaître la tête d’un nourrisson, c’était Elva seul la marque argentée sur son front permis au petit groupe de la reconnaître. La vieille femme remua les lèvre et ne sut que balbutier :
- Mer … merci Argethlam
- Non ne me remercier, je n’ai fait que mon devoir, et c’est a moi de vous demander pardon
- Je … je vous pardonne.
- Je dois reconnaître que tu as tenu ta parole dragonnier, je suis impressionnée.
- Merci Angela, mais aurai tu doutais de moi, dit il avec un sourire qui étira son visage révélant son état d’extreme fatigue
Elle ne répondit rien
- Moi aussi je tu m’as beaucoup impressionnée, dit Arya d’une voie très douce, je ne penser pas que ton pouvoir c’était tant développé.
- Merci, ton compliment me touche beaucoup surtout venant d’une magicienne telle que toi, je vous pris de bien vouloir m’excuser mais j’ai grand besoin de repos, je vais rentrer me reposer, Roran tu ferais bien de venir avec moi car une dure journée t’attend demain.
- Oui, je vais venir surtout que tu vas avoir besoin de moi si tu veux arrivé a bon port
- Nous devrions tous aller nous coucher, intervint Nasuada, nous sommes tous fatigués.
Sur ce chacun retourna dans ses appartements, pour se préparer à la journée du lendemain


Dernière édition par le Sam 20 Mai à 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:48

2
Conseil à Farthen Dûr


Eragon se leva tôt ce matin là, et comme Saphira et Roran dormaient encore, il décida de prendre des nouvelles d’Orik, il sortit alors pour trouver un endroit a l’écart où il pourrait se concentrer. Il finit par s’installer dans une petite clairière, il s’assit et se concentra, … il étendit tout d’abord son esprit sur tout Aberon, puis doucement il traversa le Surda et le paysage défila de plus en plus vite dans son esprit passant des plaines du Surda au hautes montagnes du Beor, au bout de quelques minutes il reconnu la rivière Dent-Ours qu’il suivi jusqu’à Farthen Dûr, alors le paysage qui courrait dans son esprit paru ralentir et se stabilisa au dessus de l’immense montagne. Eragon se concentra de nouveau étendit son esprit au travers de l’épaisse roche qui constituait le rock, et il distingua une multitude de conscience qui s’activaient au sain de Tronjheim, Eragon repéra très vite celle d’Orik, et il s’imissa dans son esprit:
- « Orik c’est moi Eragon, n’ai pas peur » dit-il alors que le nain se protégeai derrière ses défences mentales
Le nain leva alors sa barrière mentale et lui répondit :
- « Eragon … je suis content de t’entendre »
- « Comment te sens tu, l’enterrement c’est-il bien passé ? »
- « Oui je vais bien, et tout c’est bien passé bien que certains Ingeitum se sont sentis offensé de ton absence »
- « Je leur parlerais donc quand nous nous verrons, avez-vous décidé qui va devenir notre nouveau chef de clan ? »
- « Oui et non, … deux noms se sont dégagés depuis notre dernière réunion et on votera ce soir pour savoir lequel prendra la tête du clan, mais je suis inquiet … si tu avais été là tu aurais pus faire pencher la balance car il y a encore quelque indécis et … »
- « Mais je serais présent à la réunion de ce soir ne t’avais-je pas dis que j’assumerai mais engagements, alors parle moi de ces deux nains »
- « comment vas-tu faire, je ne peut pas parler en ton nom personne ne me croira ? »
- « Assure toi seulement qu’un miroir sera placé dans la salle du conseil, et il ajouta d’un air mal assurai, … et j’aurais aussi besoin de prendre le contrôle de ton corps quelques instants »
- « Quoi !!! » s’exclama le nain
- « Veux tu oui ou non que je participe au conseil ? »
- « Soit, mais je n’approuve pas »
- « Merci Orik, maintenant parle moi d’eux »
- « Le premier s’appelle Gurdill c’était un amis très proche de Hrothgar, et je pense que c’est le meilleur choix que nous puissions faire, quant au second il se nomme Kaël c’est un bon nain, je l’aime bien mais j’ai peur qu’avec lui que notre clan se referme sur lui-même et ignore les problèmes qui reignent en Alagaësia »
- « Je vois et quel serait leur choix en ce qui concerne le nouveau roi ? »
- « Gurdill votera en faveur d’Ûndin à coup sur, tu te souviens de lui, et s’il devient notre nouveau roi il continura a gouverner notre peuple sur les trace de Hrothgar, … par contre je ne sais pas ce que fera Kaël et comme je te l’ais dit il fera tous pour nous couper de l’extérieur. »
- « Donc tu pourra dire a qui veut l’entendre que je soutiendrais Gurdill »
- « Je n’en attendais pas moins de ta pare, … je crois que nous connaissons maintenant le nom de notre futur chef de clan »
- « Attendons d’abord la fin du conseil avant de nous réjouir, donc je te dis a ce soir »
Et il se retira de l’esprit de son ami et réintégra son corps. De retour dans la grange Eragon réveilla Roran et Saphira pour prendre leur petit déjeuner. Eragon demanda alors a Saphira :
- « Comment vas-tu, tu n’es pas trop fatigué ? »
- « Ca ira mieux après une partie de chasse, et toi ? »
- « J’ai connu pire »
Et il lui raconta son entretien avec Orik et elle dit :
- « Je crois que tu as bien fait, maintenant excuse moi mais je dois aller chasser » et elle s’envola
Eragon alla donc aidait Roran qui préparai le repas
- Est-tu prêt pour ton entraînement ?
- Oui un peu d’exercice ne me fera pas de mal, as-tu toi aussi passé leur test ?
- Je l’aurai dus, mais c’est Arya qui défié.
- Et tu as réussi ?
- Oui mais je ne l’ai pas battu.
- Tu ne sais donc pas ce que je vais devoir faire ?
- Non, mais ne t’inquiète pas tu vas souffrir, dit-il en rigolant
C’est alors qu’un gamin entra l’air apeuré, Eragon se leva et dit :
- Es-ce toi qui dois nous conduire au camp d’entraînement ?
Le gamin hocha de la tête
- Bien nous te suivons
Roran pris alors son marteau et son bouclier, Eragon ramassa son arc et contacta Saphira
- « Nous allons au camps d’entraînement »
- « Très bien, je vous rejoindrais plus tard »
Et ils sortirent.
Arrivé au camp Eragon remercia le gamin et lui donna une pièce
- Bien maintenant il faut trouver Fredric.
- Et comment allons nous faire tu as vu la taille du camp ?
- Ecoute
Eragorn éclata de rire quand il vit la tête de son cousin se décomposé en entendant les cris et les insultes que criait le colosse
- Ne t’en fait pas il cris beaucoup mais c’est quelqu’un de bien
Ils allèrent donc à la rencontre de Fredric
- Fredric !!! cria alors Eragon
- Ah ! Argetlam, c’est un honneur
- Je t’en pris appelle moi Eragon, tu m’as connu alors que je n’était qu’un novice et j’en ai asser de toutes ces manière
- Bien comme tu veux
- Nasuada t’as t-elle informer de notre arrivé ?
- Oui, il se tourna alors vers Roran et dit, donc c’est toi le fameux puissant marteau, bien on va voir ce que tu vaut. Suis moi.
- Fredric !
- Oui, peut tu m’indiquer l’armurerie, j’ai besoin d’une nouvelle épée, … la mienne c’est brisée.
- C’est le bâtiment la bas, choisi l’arme qui te plairas, … as-tu de nouveau croisé le fer avec Arya depuis votre premier combat, je donnerai n’importe quoi pour revoir un combat pareil.
- Non, mais cela peut s’arranger, dit il en souriant.
Et il se dirigea vers l’armurerie, il ressortis avec une épée asser simple, elle était aussi grande que Zar’roc, bien équilibré mais beaucoup plus lourde.
Il se dirigea ensuite vers un stand de tir, et pratiqua le rimgar, puis il prit son arc et son carquois et se plaça à deux cents pieds de la cible. Il n’avait pas encore eu le temps d’apprécier la qualité de l’arc qu’avait chanté pour lui la reine Islanzadi, alors il sortit une flèche de son carquois et banda doucement son arc, il sentit le bois se tordre exactement comme s’il s’agissait de l’un de ses propres muscles qui se contracter, il garda un moment la position et lâcha son trait qui partit en un léger sifflement et se ficha en plein centre de la cible, ils pris une nouvelle flèche et tira de nouveau. Il parrut satisfait une fois son carquois vide et toutes ses flèches plantées dans la cible a égale distance les unes des autres, alors il dit :
- Gath sem oro un lam iet, et toutes les flèches vinrent se poser dans sa main et il les rangeas dans son carquois.
Puis il retourna observer Roran et Fredric qui s’entraînaient à l’épée il fut rassuré de voir que Roran se débrouiller plutôt bien. Dix minutes plus tard Saphira atterrit à coté de lui et il lui dit :
- « Je dois aller voir Nasuada »
- « Monte je t’emmène »

Eragon frappa a la porte du bureau de Nasuada qui le fit entrer.
- Eragon dépêche toi je dois aller voir le roi Orrin
- D’accord, je voulais juste te prévenir que nous allons choisir ce soir notre nouveau chef de clan.
Et il lui raconta son entretien avec Orik, elle parut très étonné de voir a quel point le pouvoir d’Eragon avait augmenté mais elle ne fit aucune remarque. Une fois son récit terminé elle dit :
- C’est très inquiétant, mais je ne peut rien faire, alors je te fait confiance, mais n’oublis pas l’intérêt des Vardens.
- Ne t’en fait pas, maintenant je dois partir je n’ai que trop utilisé ton précieux temps



- « Tous c’est bien passé ? » lui demanda Saphira quand il fut sortis
- « Oui, Nasuada me laisse agir comme je l’entend lors du conseil de ce soir »
- « C’est bien,…Nasuada est quelqu’un de très intelligente »
- « Oui, Roran doit avoir finit son entraînement »
- « Bien allons-y »
Et elle décolla, ils ne mirent que deux minutes à atteindre le camp. Saphira atterrit auprès de Fredric qui parlait avec Roran.
- Alors ?demanda Eragon
- C’est un bon guerrier, il se défend bien à l’épée, c’es un véritable désastre à l’arc, mais ce n’est pas pour rien qu’on l’appèle puissant marteau. Je suis content que tu me l’ai présenté car je n’ai pas eu un adversaire à ma hauteur depuis que Orik est rentré chez lui. Et en plus il est endurant, il a une faiblesse dans l’épaule droite
- Oui c’est a cause d’un Ra’zac’s qui à bien faillit me sectionner un tendon. Intervint Roran
- Fait voir ton épaule dit Eragon, …Waise heill, voila tu es guéris .
- Merci
- Bien maintenant rentrons, j’ai un rendez-vous et je dois t’entraîner, au revoir Fredric on se reverra surement demain matin.

De retour a la grange Roran demanda :
- Pourquoi sommes nous revenu ici je croyais que tu avais rendez-vous ?
- Oui avec les nains, tu peux rester si tu ne fait aucun bruit
- D’accord j’ai hate de voir comment tu va t’y prendre
Alors Eragon contacta Orik :
- « Tu arrive juste à temps le conseil va commencer »
- « Préviens le conseil de ce que je vais faire, pour qu’il ne soit pas surpris »
- « Très bien …… ça y est c’est fait tu peux prendre le contrôle de mon corps »
Eragon envahie alors l’esprit du nain, en ouvrant les yeux ils se trouver devant le conseil des nains où tous les membres les plus importants du Dûrgrimst Ingeitum étaient réunis .
- Bonjour je suis Eragon le Tueur d’Ombre.
- Comment pouvons-nous être sur que tu dis la vérité ? Lui demanda un nain à la longue barbe blanche
- « c’est Kaël » lui la voie d’Orik
- Je peux vous le prouver si vous me permettait d’enchanter ce miroir noble Kaël
Le nain paru surpris qu’il connaisse son nom, mais il se repris et dit :
- Vas-y mais fait attention, nous te surveillons.
Eragon s’approcha alors d’un grand miroir, posa sa main dessus et murmura :
- Draumr Kopa.
La surface du miroir s’assombrit, Kaël s’impatienta et demanda :
- Et maintenant ?
- Je vais rendre son corps a Orik, et dans quelque instant vous me verrais au travers de ce miroir.
Eragon relâcha son emprise sur Orik, et se retrouva aussi tôt au dans la grange. Il alla prendre un miroir qu’il posa long du mur et répéta l’incantation, la surface du miroir s’assombrit également et la sale du conseil apparu dans le miroir. De l’autre coté de la surface de verre Kaël dit :
- Bien nous pouvons donc commencer, nous t’écoutons Tueur d’Ombre.
- Merci Kaël, je voudrais d’abord m’excuser de ne pas pouvoir être présent a ce conseil en chair et os, et je vous demande pardons de ne pas avoir put assister à l’enterrement du roi Hrothgar car j’était retenu par mais obligations… »
Sur ces mots nombres de contestations montèrent de l’assemblé on mais on ne distingué que des ‘scandale’ ou encore des ‘barzuln’. Pour calmer ce brouhaha Orik se leva et cria pour couvrir le vacarme :
- SILENCE !!! Pensez-vous qu’il soit utile de protester ainsi Eragon à été retenu à cause de sa condition de dragonnier, croyez-vous que Hrothgar aurai était asser égocentrique pour soustraire un dragonnier a ces obligation pour son compte personnel. Moi je l’ai pardonné bien que je considérai Hrothgar comme mon père, et nous devrions nous montrer fier qu’un dragonnier ai accepté de faire parti de notre modeste clan.
Sur ces mots le calme revint dans l’audience et Eragon repris :
- Merci Orik , … comme je le disais j’étais retenus, mais chaque jour Orik me renseignait sur la situation ici à Tronjheim pour pouvoir prendre part a ce conseil en connaissance de cause. Je vaudrai également savoir où en est la resauration d’Isidar Mithrim car nous n’avons pas oublier notre promesse.
Cette fois si ce fut une des acclamation qui montères de l’assemblée, Eragon savait qu’il venait de gagner les faveurs de nombreux nains, c’est alors qu’un nain se leva il paraissait âgé et porté une longue barbe rousse et frisée, ce qui eu pour conséquence d’imposer le silence :
- Bonjour Tueur d’ombre, je me présente je suis Gurdill, nous n’avons pas encore eu le plaisir de nous rencontré, mais j’espère que dans un avenir proche nous pourrons vider quelques chopes ensembles et fêter la renaissance d’Isidar Mithrim, actuellement nous avons réussis à en reconstituer une bon quart mais chaque pièces que nous ajoutons rend cette tache beaucoup plus facile.
- J’en suis heureux et moi aussi j’attend ce jour avec impatience.
- Bien, revenons en aux conseil, puisque que tu connais notre situation peut tu nous dire qui tu vas soutenir ?
- Et bien c’est vous que je soutiens Gurdill
Cette nouvelle fit monter un nouveau tumulte dans la salle, le débat dura encore deux heures après quoi le vote commença, seuls les membres les plus important pouvait participer aux vote membres dont fait parti Eragon, le vote se fit a main levé, et Gurdill fut élu dès le premier tour avec la majorité des voies, le nouveau Grimstborith remercia l’assemblée et se retira. Eragon rompit donc le charme et se tourna vers son cousin qui demanda l’air sombre :
- Alors ?
- Tous va bien, répondit-il avec un large sourire, viens je vais maintenant t’apprendre à protéger ton esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:49

3
Revanche




- Aller debout espèce de gros paresseux !
- Non, laisse moi dormir, je suis complètement brisé.
- Comme tu voudras
Eragon prit un sceau d’eau et le lança sur Roran, celui-ci poussa un cri et se leva d’un bond, il voulu frappé son cousin, mais tomba au sol quand il l’esquiva.
- Maintenant que tu est réveillé, va te changer pendant que je prépare le petit déjeuner.
Durant le repas Roran ne voulu parler et Eragon respecta son silence car il sentait qu’il pensait à Katrina. Ce pendant Saphira ne put s’empêcher de lui dire
- « Vas y doucement avec Roran il n’a pas tes capacités »
- « Fait moi confiance, … tu préfèrerais que nous emmenions un fardeau ? Donc je dois l’entraîner. »
- « Soit prudent tout de même »
- « C’est mon frère »
Le repas terminé Eragon dit :
- Bien, on va continuer ton entrainement
- A quoi bon, je ne suis pas magicien moi
- Protéger son esprit n’est pas un domaine réservé aux magiciens, de toute façon on ne partira pas tant que tu n’aura pas appris à te protéger, je n’ai pas envie de risquer ma vie et celle de Saphira parce qu’on pourrai se servir de toi.
- N’es-tu pas dragonnier ?
- Si j’ai appris une chose chez les elfes, c’est qu’il ne faut jamais sous estimer ses adversaires.
- Alors allons-y.
- Si tu veut apprendre a te défendre, tu dois d’abord savoir ce que ça fait que de se faire pénétrer son esprit.
- Fait ce que tu as à faire
Pendant une heure Eragon força donc l’esprit de Roran, sentant que son cousin été sur le point de craquer Eragon se leva :
- C’est finis pour aujourd’hui, rend toi au camp d’entrainement, je t’y rejoindrais plus tard.
- « Saphira peut tu m’emmener au château ? »
- « Je suis prète »
Eragon prit son épée et monta sur la dragonne, en arrivant près du château Eragon étendit son esprit à la recherche d’Arya, il la localisa dans le bureau de Nasuada.
En entrant dans le bureau Nasuada lui demanda :
- Qu’y a-t-il Eragon ?
- Nous avons choisis notre chef de clan, c’est Gurdill qui remplace désormais Hrothgar. Mais je n’ai pas de nouvelle en ce qui concerne le futur roi.
- Bien, mais tu n’es pas juste venu pour me dire cela
- En effet c’est Arya que je voulais voir.
Cette dernière dévisagea le jeune homme du regard se demandant ce qu’il lui voulait. Il s’approcha d’elle, porta ses deux doigts à ses lèvres et dit en ancien language :
- Que la chance t’accompagne
- Que la paix règne dans ton cœur
- Et que les étoiles veillent sur toi
Cette échange terminé Arya lui demanda :
- Que me veux tu ?
- Hier j’était au camp d’entrainement pour préparer Roran, et je m’y suis procuré une nouvelle épée. Mais aucuns guerriers ne peut se mesurer a moi à part toi alors je voulais savoir si tu accepterai un combat, et aussi car je serai heureux de croiser le fer a nouveau avec toi ô Arya Svit-Kona.
- Ce saura un honneur.
- Que se passe t-il demanda Nasuada
- Rien de grave, Arya a accepté le duel que je viens de lui proposer, alors si le cœur t’en dit tu peux nous accompagner, tu pourras ainsi constater mes progrès
- J’en serais très heureuse, mais je crois que Fredric le sera encore plus, on aurais dit un vrais enfant quand il nous racontait votre premier combat
- Mais cette fois ci le combat sera beaucoup plus équitable dit Arya, et je suis impatiente de voir tes progrès Eragon et sache qu’une fois mon épée dégainée je laisserai mon amitié de coté et je veux que tu en fasse de même
- Allors allons-y.
Un silence inhabituel se fit dans le camp lors de l’arrivé d’Eragon et d’Arya ce qui eu pour conséquence une bruyante intervention du maître d’arme
- Qu’est ce qui se passe ici, retourner … il eu le souffle couper en voyant l’elfe et le dragonnier, et il cria à l’intention de tous, Vous avez de la chance les enfants on va avoir le droit à un joli spectacle.
Aussi tôt un cercle se forma dans l’arène entourant Arya et Eragon. Les deux duellistes sortirent leurs épées de leurs fourreaux et passèrent une gaines magique sur leurs lames.
Ils se firent face un moment et c’est Arya qui lança les hostilités en lui portant un coup au ventre que le garçon para avec son épée, cependant il fut surpris par la douleur qui lui monta le long du bras, cette nouvelle épée n’avait rien de comparable à Zar’roc ce dit-il. Ils échangère encore quelques coups. Eragon n’avait aucun mal à enrailler les attaques de l’elfe, mais ses attaques manquaient de conviction, alors qu’Arya le repoussa de quelque pied, baissa sa garde et lui dit en ancien language :
- Pourquoi ne combat tu pas ?
- Et tu crois que je fais quoi là ?
- Je ne sais pas ! … Je t’avais pourtant demandé d’oublier que nous étions amis pour notre combat alors traite moi en adversaire
Eragon ne sut quoi répondre et il voyait que les spectateurs commencer à se poser des questions.
- « Elle a raison » lui dit Saphira « Et tu risque de l’offenser en te comportant ainsi »
- « Mais je ne le veux pas »
- « C’est pourtant ce que tu fait, c’est une exellente guerrière et tu ne te montre pas à la hauteur, écoute son conseil et oublis qu’elle est ton amie, comme quand tu combattais Vannir, là tu donner le meilleur de toi-même, tu dois apprendre à faire la part des choses Eragon »
- « Comment ?»
- « Imagine que tu combat Galbatorix, pense à Yazuac, à ce qu’il a fait à Murthag, et … à la mort de Garrow »
Son sermon terminé Saphira parut satisfaite en sentant le sang bouillir dans les veines d’Eragon, et une lueur inhabituel brilla dans les yeux du garçon, ce qui en fit palir Arya quand ils croisèrent leurs regards.
Eragon se remit en place, Arya fit de même, à peine fut elle prète qu’il lança une puissante attaque verticale, Arya interposa sa épée, le choc fut si puissant que les lames résonnèrent dans tous le camp et Arya fléchi sous le poids de l’assaut, pour ne pas perdre équilibre, elle dut lancer tous le poids de son corps vers l’avant, mais le temps qu’elle se rétablisse Eragon c’était glissé sur son coté gauche et lui essaima un violent coup de genoudans l’abdomen, Arya tomba au sol plier en deux l’épée d’Eragon posée sur sa nuque.
Tout c’était passé très vite, quelques secondes tout au plus, en voyant cette scène la foule resta bouche bée, il fallu quelques instants a Eragon pour réaliser ce qu’il venait de faire, et il recula frappé par l’effrois, il se repris et voulait aider l’elfe à se relever mais il n’en eu pas le temps car elle était déjà en train de se remettre sur ses jambes. Il était admiratif devant le courage et la volonté qu’elle manifestait, quand elle releva la tête, on put alors voir qu’une sueur froide parcourai son visage collant ses cheveux à sa peau, et du sang sécoulait de sa bouche. C’est alors qu’il compris comment elle avait put résister à Durza durant sa captivité.
Elle lui fit face et dit:
- C’est beaucoup mieux, maintenant nous pouvons commencer !
Et elle attaqua comme une furie faisant pleuvoir une tempête de coups sur Eragon, en propulsant des gerbes d’étincelles. Il laissa Arya mener le combat quelques instants ce contentant de parer ou d’éviter les plus subtiles attaques de son adversaire, il plaça alors une garde beaucoup plus puissante que les autres qui coupa l’elfe dans son élan laissant apparaître une faille dans sa défence. Il s’y engouffra en faisant siffler son épée, mais elle réussi tout de même a évité l’attaque. Bien qu’il avait le dessus Eragon ne réussissait pas a toucher son adversaire, il varié pourtant souvent de techniques et de style de combat, pendant un moment il utilisa même sa main gauche et innova de nouvelle attaques. Mais à chaque fois qu’il trouvait une faiblesse dans sa défence Arya réussissait a s’en sortir et ne refaisait jamais la même erreur.
Le combat sembla durait une éternité pour Eragon mais il ne ressentait aucunes fatigue, il ne plus qu’Arya et son épée, plus rien n’exister à part elle. Le combat s’éternisait et fut perturbé par l’arrivé du crépuscule et du manque de lumière, Eragon voulu arreter le combat mais Arya le devança et lui dit :
- « Serais tu d’accord pour reprendre demain »
- « Oui »
Le combat terminer les deux duellistes parurent se vider de leur force instantanément. Saphira se précipita pour soutenir son dragonnier, Nasuada fit de même avec Arya. Et une voie s’éleva :
- Faites de la place vous ne voyer pas qu’ils exténués, rentrer chez vous, cria Fredric qui rejoignait les combattants, Roran derrière lui.
Au bout de quelques minutes quand ils reprirent leurs esprits Eragon dit à Arya :
- Je suis désolé
- Pourquoi ?
- Pour ce coup bas que je t’ai fait tout à l’heure, ce n’était pas honorable de ma part.
- Ce n’est rien, dans un vrais combat tous les coups sont permis et c’était ce que je voulais, et puis je crois que Saphira n’y est pas pour rien
- « Je suis désolé, je voulais juste qu’il donne le meilleur de lui-même »
- Tu es toutes pardonnée, mais je t’attend demain pour finir ce duel Eragon.
- J’en suis impatient, maintenant allons nous reposer.
De retour à la grande Roran dit à Eragon :
- Ce combat était fabuleux !
- Mais pas encore terminé
- Penses-tu pouvoir la battre ?
- Je ne sais pas, elle s’adapte très vite, et ne refait jamais les même erreurs
- « Je sais comment tu peux la battre » intervint Saphira
- Comment ? dit-il à haute voie pour que Roran puisse suivre la conversation.
- « Quel était ton plus gros défaut selon Oromis »
- Je ne sais pas.
- « Que te disais t-il quand tu écoutais les fourmis et quand tu as réalisé ton fairth ? »
- Il disait que je me focalisais trop sur les détails
- « Eh bien tu fait la même erreur quand tu combat »
- Je ne panse pas que cela soit une erreur de se concentré sur son adversaire.
- « Suis moi j’ai envie d’essayer quelque chose ! »
- Il faut que je me repose !
Saphira gronda et laissa échapper un jet de flamme de ses naseaux en révellant ses crocs, Eragon n’essaya plus de discuter et la suivit.
Le lendemain matin Eragon se leva il était tout courbaturé, il prit donc une gorgée de faelnirv. Quand Roran se leva il lui dit :
- Nous ne nous entrainerons pas aujourd’hui
- Comme tu voudras
Une fois leur petit déjeuner terminer, ils se rendirent au camp d’entraînement qui était en ébulition malgrès l’heure matinale, il y avait encore plus de monde que la veille. Eragon se dirigea vers l’arène, faisant s’écarter la foule devant lui. Comme Arya n’était pas encore là, il s’exerça au rimgar sous le regard intrigué des spectateurs, puis il se mit à méditer. Il se leva en sentant l‘arrivé d’Arya, il la salua en portant ses doigts à ses lèvres qu’elle lui rendit. Et ils se mirent en place pour finir le combat. Eragon fit alors une chose incompréhensible il baissa son épée et ferma ses yeux, afin d’étendre son esprit à toute l’arène comme le lui avait demander Saphira la veille, il fusionna alors son esprit avec tous ce qui l’entourait ce qui augmenta considérablement ses facultés sensorielles; parmi toutes les odeurs il arrivait à distingué parfaitement celle d’Arya, mais grâce a son ouïe il arrivais a distingué le moindre mouvements, mais le plus importants fut le toucher grâce à lui il sentait instantanément le plus infime mouvement que l’air répercutait sur sa peau il pouvait donc savoir exactement où aller frapper son adversaire.
Il sentit également la colère et la suspicion qui émaner d’Arya, qui lança une puissante attaque à la tête de son adversaire qui ne daigner la regarder, pour venger cet affront. Eragon sut immédiatement ce qu’elle voulut faire, mais ne réagit qu’au dernier moment en arrêtant son épée à un cheveux de sa tempe. Des exclamation montèrent de la foule, et un large sourire se forma sur le visage d’Eragon qui ouvrit les yeux tous maintenant le contact avec ce qu’il l’entourer, une expression de terreur passa sur le visage de l’elfe, les yeux d’Eragon avait pris une couleur noir intense comme si ses pupilles c’étaient dilatées à tel point qu’elles recouvraient toutes la surface des ses yeux. Malgrès tout Arya put lire dans ce regard une assurance désinvolte ce qui fit reprendre sa colère sur sa frayeur, mais elle était très mal à l’aise car elle ne parvenait pas à savoir ou se portait le regard de son adversaire.
Eragon repoussa l’épée d’Arya qui relança l’assaut. Eragon continua de parer les attaques, sans bouger d’un pouce, avec une rare efficacité ce qui épuisa très vite son adversaire.
Il se décida alors à attaquer, d’un coup plat il écarta l’épée d’Arya et poursuivi son offensive jusqu'à don épaule, ce qui la fit reculai, il poussa son avantage et donna de violent coup dans la fine épée de l’elfe pour accentué sa douleur à l’épaule, il vit qu’elle commencé à avoir le bras lourd et en profita pour frapper son poignet qui craqua sous le choc. Il la laissa prendre son épée dans l’autre main et vit qu’elle été beaucoup plus lente et moins habile de sa main gauche. Eragon fit tourbillonner son épée à l’intèrieur de sa main à une vitesse incroyable forçant Arya à reculer, il regarda alors exagérément le pied guache d’Arya pour qu’elle suive son regard et attaqua aussitôt son coté droit en la prenant de vitesse, elle essaya de parer l’attaque en ramenant son épée, mais Eragon arrêta son mouvement décrivit un large arc de cercle partant de gauche à droite, les deux lames se heurtèrent dans un bruit ahurissant, projetant des étincelles de tout cotés, et morceaux de fer volèrent en éclats, Eragon venait de brisait l’épée d’Aya la laissant sans défences, et la tien en respect son épée posé sur son sternum.
Quand il rengaina son arme Arya lui dit en ancien language :
- Tu es le premier à me batte en duel depuis que j’ai terminé mon instruction.
- J’en suis très honoré, me laissera tu soigner ton poignet ?
- Si tu m’apprend comment tu as fait Eragon elda.
C’était la première fois qu’elle lui donner ce titre, venant de sa part ses mots touchèrent Eragon au plus profond son cœur, il ferma les yeux rompis son contact mentale, ses yeux étaient redevenu normal, il s’approcha d’Arya, soigna son poignet et lui dit :
- Je t’apprendrais mais seulement lorsque tu aura ta nouvelle épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:50

4
Mauvais présages




Après son combat contre Arya, les jours se succédèrent normalement pour Eragon, quand il n’entraîner pas Roran il passer son temps à méditer. Une semaine depuis le début de son entraînement Roran était devenu un guerrier complet, c’était désormais un des meilleur archer du camp, le seul guerrier à avoir réussi à battre Fredric à l’épée, mais son arme de prédilection rester le marteau. Mais c’est avec Eragon qu’il fit le plus de progrès, il arrivé maintenant a savoir quand quelqu’un pénétrer son esprit, et possédait une barrière plus que convenable.
Eragon se dit qu’il pourrai le perfectionner durant le voyage, il prit donc la décision de partir le surlendemain à l’aube .
C’est à ce moment là que Solembum vein le voir et lui dit :
- « Prend garde dragonnier, lors de ton périple tu vas rencontrer de nouveau alliers et amis mais cela pourrai te coûter très chère. Et quand tout redeviendra calme du devra faire l’un des choix le plus difficile de toute ta vie » et il s’en alla aussi vite qu’il était venu.
Ces paroles avaient profondément marqué le garçon. Il partagea cet entretien avec Saphira mais il ne dit pas un mot de tous le reste de la journée. Qui était ses nouveau alliers et pourquoi cela lui coûterai ? de quel choix parler Solembum ? Quand ces évènements aller se produire ? Toutes ces questions perturba le sommeil d’Eragon, il fit beaucoup de cauchemar, mais un parut plus réel que tous les autres : il se trouver au sommet d’une sombre montagne où un plateau y était dégagé, il se tourna et vie un gigantesque et terrifiante arche qui surplombé l’entrée d’une grotte, il rentra, ses yeux n’étaient pas affectés par le manque de lumière il se vit alors en train de combattre les Ra-Zacs au côtés de Roran et de Saphira, Katrina était toujours attaché au mur, c’est alors que deux grande ombres s’abattirent sur les combatants tuant Roran et Katrina sur le coup, c’étaient les Lethrblakas, ils se tournèrent alors vers et le chargère, il ne put utilisé la magie car il devait se battre contre les deux Ra-Zacs. Saphira se précipita alors sur eux tuant un Lethrblakas avec le feu de ses entrailles et percuta de plein fouet le second et s’effondrèrent sur le sol, Eragon tua les deux Ra-zacs d’un seul coup d’épée et se précipita vers Saphira pour la soigner, mais il était trop tard elle était morte.
Eragon se réveilla en criant a s’en rompre les poumons, il était trempé de sueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:50

5
Départ




Saphira entra en furie dans la grange en arrachant une partie du mur et s’écria
- « Eragon que se passe t-il ? »
- « J’ai fait un cauchemar. »
- « Raconte moi ! »
Il lui raconta alors son rêve et à sa grande surprise Saphira parut paru très sereine.
- « Crois-tu qu’il s’agissait d’une prémonition ? »
- « Ca en avait tout l’air »
- « Tu sais tout comme moi que nous ne pouvons l’éviter alors. »
- « Je sais, au moins maintenant nous sommes sure que Katrina est à Helgrind, c’est pourquoi nous partons demain matin comme prévu »
- « Très bien. »
- « Ne disons rien à Roran, ce serait la pire chose à faire. Maintenant essayons de nous reposer. »
Mais ils ne purent dormir et passèrent le reste de la nuit à parler et décidèrent de profiter le plus possible du temps qui leur rester.
Au petit matin Eragon alla réveiller son cousin.
- Le petit déjeuner est prêt, dépeche toi nous devons nous préparer, nous partons demain à l’aube .
- Tu es sérieux ?
- Plus que jamais
- Alors dépéchons nous
Il prirent leur petit déjeuner en hâte.
- Je dois aller voir Nasuada pour la prévenir de notre départ, et je veux que tu ailles voir Fredric pour lui dire que ton entrainement est terminé, demande lui de te procurer une épée, un arc et un carquois. Je t’en aurais bien fabriquer un à la manière des elfes mais tu n’aurais pas était assez fort pour l’utiliser.
- J’y vais de ce pas.
Son cousin partis Eragon monta sur Saphira et s’envolèrent vers le château, mais avant d’atterrir Eragon prit soin de vérifier que Nasuada était seule dans son bureau.
Quand Eragon fut face à elle il dit tout simplement :
- Nous partons demain à l’aube.
- Qui d’autre est au courant ?
- Il n’y a que toi.
- Bien, nous aurons plus de temps avant que les rumeurs de ton départ ne circulent dans tout Aberon. As-tu prévenu Arya ?
- Non et je préfèrerais qu’elle ne le soit que lorsque nous seront partis
- Je ne te promet rien. Dans combien de temps pense tu être de retour ?
- Il va nous falloir au moins deux jours pour y aller jusqu’à Helgrind, et deux autres pour revenir. Maintenant si tu n’as plus de questions, je dois retourner à mes préparatifs.
- Vas et reviens nous vite.

Roran revint deux heure après Eragon avec un arc et une épée.
- Je peux demanda Eragon.
Roran lui tendis les armes qu’il examina.
- Bien ce sont des armes correctes.
- Nous sommes invitées à manger chez Horst ce soir, déclara t-il sans préambule.
- Comment sont-ils au courant ?
- C’est moi qui leur ai dit.
- Je comprend … en as-tu parler à quelqu’un d’autre ?
- Je ne suis pas dragonnier mais je ne suis pas stupide pour autant
Eragon explosa de rire et dit :
- Excuse moi j’oublie parfois que je ne suis que le cadet.
- Oui et c’est parfois très agacent, et ne t’inquiète pas la maison de Horst est à l’écart des autres, personnes n’aiment avoir une forge près de chez eux à cause de bruit et de l’odeur.

Le Soleil commencer à décliner, et les deux garçons montèrent sur la dragonne qui s’envola très haut pour se mettre à l’abri au dessus des nuages. Ils mirent à peine cinq minutes pour arriver chez Horst. Saphira atterris derrière la maison où une table était dressée et où leurs hôtes les attendaient.
- Bonsoir les garçons dit-il en leur donnant une tape sur l’épaule, ça fait plaisir de vous revoir !
- Oui nous aussi, répondirent-il en cœur
- Comme tu le vois nous avons sortis la table avec Albriech et Baldor pour que Saphira puissent rester avec nous, mais nous n’avons pas de quoi la nourrire
Saphira poussa un léger grondement et examina à tour de rôle Baldor Albriech et Horst avec son regard perçant.
- « Je les aiment bien » dit-elle « Dit leurs que je les remercies d’avoir veillés sur toi et qu’ils ne s’en fasse pas pour la nourriture je vais aller chasser, je reviendrais bientôt »
Eragon transmis le message puis demanda :
- Où est Elain ?
- Elle se repose, répondu Baldor, elle va bientôt accoucher.
- Mais elle à quand même tenu à vous préparé vos plat préférés, ajouta Albriech.
- Je suis désolé mais je ne mande plus de viande, je commence à prendre les sales manies des elfes plaisanta Eragon.
- Tant pis pour toi sans en fera plus pour nous.
- Ne compter quand même pas tout manger seul, je peux encore prendre du poisson…
Eragon s’arrêta en voyant que Horst était ailleur, il tendis son esprit vers la maison et sentis la présence d’Elain et de l’enfant qu’elle portait et dit :
- Ne t’en fait pas Elain et ton fils se portent parfaitement bien, ils sera en parfaite santé je te le promet.
Le visage du forgeron s’illumina et dit :
- Baldor, Albriech allez chercher les plats et de quoi boire nous allons passer à table.
- Horst, as-tu prévenu quelqu’un d’autre de notre départ ?
- Non, dit-il la mine grave.
- Alors je vous demande de le garder secret, ce sera mieux pour tout le monde.
- Tu peux compter sur notre silence …arrêtons de parler de choses désagréables raconte nous plutôt ton histoire.
- D’accord mais je ne pourrai pas tout vous dire tant que tout ne sera pas terminé.
- Cela nous conviens parfaitement, et je pense que aurons une belle histoire quand même.
Alors Eragon leur raconta son histoire pendant qu’il mangeaient les délicieux plats préparé par Elain, Saphira elle était revenu avec un cerf et un loup en guise de repas. Son histoire terminée Albriech dit :
- Baldor et moi nous sommes engagé chez les Vardens pour combattre l’empire.
Eragon les dévisagea et dit :
- Ce n’est pas à moi de vous dire ça, mais faites attention, cependant je vous comprend …. Et il ajouta à l’intention de Horst, mais je ferai tous mon possible pour que vous n’ayez pas combattre. Maintenant nous devons y aller, une dure journée nous attends demain.
- Nous comptons sur vous pour nous ramener Katrina.
- Due se passera t-il si Sloan est encore en vie ?
- Je ne sais pas nous nous réunirons pour réfléchir à son sort.
Ils rentrèrent à la grange, et Eragon alla se coucher avec Saphira, il la regarda un long moment en silence et des larmes lui montèrent aux yeux, Saphira se tourna vers lui une larme courrait entre ses écailles. C’était la première fois qu’il la voyer pleurer, et c’est à ce moment qu’une nouvelle énergie en lui, elle était douce et pure, il savait qu’elle venait de le rendre encore plus puissant, car Eragon et Saphira venaient de passer une nouvelle étape dans leur relation.
Ils se levèrent tôt ce matin là, et prirent un copieux petit déjeuner car il n’auraient pas l’occasion d’en reprendre un avant plusieurs jours. Ils commencèrent à seller Saphira quand Arya fit irruption dans la grange.
- Je dois te parler Eragon !
- Je vais aller dehors, dit Roran.
- Qu’y a-t-il ?
- Viens marchons. Et ils sortirent en direction de la forêt, Saphira les accompagnèrent.
- Quand compter tu me parler de ton départ ?
- Je n’y compté pas, tu n’est pas ma suzeraine je n’ais pas de compte à te rendre.
- Et que fais tu de notre amitié ?
Ces mots troublèrent Eragon il avait l’impression que leur rôles avaient été échangé, d’habitude c’était lui qui partait retrouver Arya pour essayer de sauver leur amitié et non le contraire. Cette situation était singulière et au fond de lui il aimer cela.
- Je ne voulais pas me fâcher avec toi.
- Et crois-tu qu’il était préférable de me laisser dans l’ignorance ?
- Non.
- As-tu changé d’avis ?
- Non, nous partons seuls.
- Je pourrais très bien vous suivre.
- Mais tu ne feras pas.
- Pourquoi en es-tu aussi sure ?
- Car cela ne te ressemble pas, et que je serais très déçu que ne m’accorde pas plus de confiance que cela.
Ces mots eurent l’effet d’un coup de poing pour Arya, elle était devenu pâle et ses mains tremblées tellement elles été serrées. Elle se calma et reprit :
- Tu ne me dis pas tout, je le sens !
- Je t’ais tout dit.
- Ne me ment pas, je commence à te connaître, dis moi ce qui te tracasse au nom de notre amitié … ne me laisse pas dans l’ignorance ou je vais devenir folle.
- Très bien, si c’est ce que tu veux. Et il lui raconta son rêve.
Le visage d’Arya se décomposa.
- C’est décidé je part avec toi.
- NON ! s’écria Eragon.
- Comment as-tu put oublier les Lethrblakas, tu vois que tu ne peut te débrouiller tout seul !
- Je ne sais pas, mais je sais que tu ne viendras pas avec nous. Et je peut parfaitement me protéger tout seul !
- J’ai pris ma décision, et tu ne pourra pas m’empêcher de venir, tu es peut-être meilleur à l’épée mais je suis toujours meilleure magicienne !
- Tu crois ça ! Si tu veux nous pouvons faire organisé un duel de magicien pour que je t’humilie une fois de plus.
Arya était folle de rage.
- Personne ne m’a jamais parlé comme cela, tu va devoir payer pour cette affront.
Et lança son esprit contre celui d’Eragon, mais elle se heurta à une vrais forteresse, et il dit :
- « Tu me sous estime encore, … après mon combat contre Durza je me suis juré de ne plus jamais enduré de pareil souffrance, alors je me suis entraîné, j’ai médité pendant des heures pour en arrivé là, même toi tu n’aurais pas put m’en empêcher. Je suis plus fort que toi alors laisse moi partir »
Voyant qu’elle était toujours à la recherche d’une faille dans sa défense, Eragon la repoussa derrière les siennes et au bout de quelque instants, il réussi à faire tomber sa barrière mentale, et dit :
- Thrysta !
Et Arya se retrouva instantanément plaquer à un tronc d’arbre, elle voulu se débarrasser du sort qui la retenait mais Eragon accentuant son emprise. Quand il sentis qu’elle abandonner Eragon relacha le sort, Arya tomba à genoux au pied de l’arbre, Eragon s’approcha d’elle et lui dit en ancien langage :
- « Si je ne veux pas que tu m’accompagne c’est parce que je tiens trop à toi, et que je te préfère en sécurité. Et je vais avoir déjà beaucoup à faire pour protéger Roran et Saphira . »
Des larmes montèrent dans les yeux d’Arya, Eragon détourna la tête et monta sur Saphira pour décoller, mais avant qu’il ne rompe le lien mentale, Arya eu un geste du bras comme pour le retenir mais se ravisa, Eragon senti une intense chaleur qui parcourait tous son corps, Saphira frissonna également et lui dit :
- « Eragon as-tu senti ? »
- « Oui »
- « Et tu ne la rejoint pas ? »
- « Non »
- « Mais elle t’aimes… »
- « Je sais, mais elle a encore besoin de temps »
Quand Saphira ne fut plus visible dans le ciel, Arya se releva, sécha ses larmes et couru en direction du château, mais en reprenant la chemin elle fut arrêté par Roran.
- Pourquoi ne lui dit tu pas que tu l’aimes ?
- Qu’est ce qui te fait croire que je l’aimes.
- Tous le monde ici le traite comme un héros un guerriers ou un dragonnier, sauf toi, on dirai que tu ne vois en lui qu’un enfant. Moi je l’ai connu quand il était un enfant et je peut te dire que sa n’en est plus un, alors arrêté de vous faire souffrir
- Tu ne peux pas comprendre, … c’est compliqué.
- Je croyais que les elfes étaient des êtres sages mais vous êtes tout aussi ridicule que nous en ce qui concerne les sentiments, car c’est au contraire très simple vous vous aimer alors arrêter de vous torturer, et Eragon sait tous comme moi qu’il ne sera pas en sécurité et ne pourra vivre heureux tant que Galbatorix ne sera pas mort, donc il ne s’éloignera jamais de son objectif je te le garanti , et puis nous seront là pour l’y aider. Donc si j’ai un conseil a te donner c’est de profiter le plus possible du temps qu’ils vous reste, moi c’est ce que je ferai si je le pouvais ….
Arya le regarda un instant et s’enfui.
Roran retourna alors à la grange, Eragon avait finis de seller Saphira, il monta alors sur son dos et décolèrent dans le ciel orange du matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:51

6
Helgrind


Midi approché, mais ils ne se posèrent pas pour manger car la route était encore longue. Ils ne parler pas beaucoup car Eragon préférai mettre ce temps à profit pour entrainer Roran, tout en gardant un large contact avec Saphira. Le crépuscule commencer à tomber et ils durent atterrir pour ne pas se faire surprendre par la nui, mais le relief était tellement plat qu’ils ne purent trouver d’abris.
- Saphira et moi monterons la garde pendant que tu dort.
- Pourquoi ne prendrais-je pas de tour de garde ?
- Juste parce que nous n’avons pas besoin d’autant de sommeil que toi, mais si tu veux monter la garde je peux venir te réveiller.
- Sans façon, mais merci quand même.
Ils prirent un repas frugale, et Eragon regarda les étoiles et dit :
- Nous avons bien avancé, la frontière du Surda doit être à quelques dizaines de lieues derrière nous si je ne me trompe pas.
- Comment le sais-tu ?
- Chez les elfes j’ai étudié des cartes des étoiles, c’est très pratique pour se repérer, mais je manque encore d’exercice. Allez vous coucher, je vais monter la garde le premier.
Le lendemain ils partirent très tôt, le voyage fut plus animé que la veille, car ils étaient plus détendu, de plus Roran pouvait désormais accueillir l’esprit de Saphira ce qui était beaucoup plus pratique pour communiquer. Les heures passèrent, et ils ne mangèrent toujours pas à midi, bientôt ils purent voir immensité bleu du lac Leona, puis ils distinguèrent la sombre montagne d’Helgrind ainsi qu’une petite montagne qui serra le cœur d’Eragon quand il la vit.
- « Posons nous » dit-il à Saphira
- Que se passe t-il ?
Eragon ne répondit rien et mit pied à terre. Roran le suivit vers une pierre rectangulaire, on aurait une tombe, il s’approcha et vit une inscription au nom de Brom. Eragon dit alors en ancien langage :
- Maître je suis de retour pour finir notre quête, … j’ai accomplis de grande chose depuis votre départ et j’espère que vous êtes fier de moi, maintenant je revient pour vous venger .
Saphira redécolla et se dirigea vers un petit bosquet entre le lac et Helgrind pour établir leur campement. Quand ils furent installés le soleil commençait à descendre dans le ciel. Le camp était bien situé, il y avait un accès facile à l’eau, ils pouvaient surveiller les alentours d’Helgrind, et était assez loin pour ne pas se faire remarquer.
- Comment compte tu agir ?
- Nous les attaquerons la nuit dans leur repaire.
- Mais c’est de la folie, ils sont beaucoup plus dangereux dans le noir !
- C’est pour cela qu’ils ne s’y attendrons pas, et puis moi aussi je vois dans le noir comme en plein jour. Ce qui m’inquiète le plus ce sont les Lethrblakas .
- Je sais juste qu’ils on peur de l’eau.
- Mais oui comment ais-je put oublier ? J’ai besoin de me concentrer ne me dérange pas.
Eragon étendit son esprit vers Helgrind, il n’y avait aucun signe de vie à part celui des deux Ra-zacs, et un troisième beaucoup plus faible surement Katrina « Mais où sont les Lethrblakas ? » se demanda t-il.
- Roran tu as déjà vus les Lethrblakas ?
- Oui, pourquoi ?
- J’ai besoin d’une image d’eux.
- Très bien sert toi.
Eragon entra dans l’esprit et prit les images dont il avait besoin. Puis il alla prendre un bol et mit de l’eau dedans.
- Draumr Kopa.
La surface de l’eau frissonna et devint noire, et il vit alors apparaître les Lethrblakas, et il fut heureux de reconnaître le décor derrière eux, ils étaient bien dans la grotte qu’abritais Helgrind
- « Saphira, je n’ais pas oublié les Lethrblakas dans mon rêve, je ne les ais pas vu ».
- « Alors peut-être que ton rêve ne se réalisera pas »
- Alors que fait-on ? demanda Roran.
- Les Lethrblakas sont de gros oiseaux, ils vont devoir sortir pour aller chasser, et nous les attendrons.
L’attente devenait insoutenable, mais durant la nuit du troisième jour, Saphira dit :
- « Je les vois, ils sortent »
- Il faut y aller dit Roran !
- Non, ils préviendraient les Ra-zacs, nous ne devons pas nous faire rearquer.
- « Que comptes tu faire ? »
- Je vais prendre le contrôle de leurs corps
- « Mais ils sont au moins à une demie lieue ! »
- C’est pourquoi je vais avoir besoin de ton aide
Il entra alors dans l’esprit des deux bêtes, il n’avait encore jamais prit le contrôle de deux êtres en même temps, mais cela n’était pas différent des entraînements d’Oromis où il devait lancer plusieurs sort à la fois. Le plus dure était la résistance qu’opposait les deux montres, mais doucement il réussi à les faire venir jusqu’au camp où ils atterrirent. Eragon les maintien alors au sol et dit :
- Dépêchez-vous tuer les !
Et en un instant, Saphira décapita le premier avec ses serres, et Roran fracassa la tête du second avec son marteau en lui arrachant la mâchoire inférieure.
Aussitôt Eragon s’écroula au sol en un bruit sourd. Quand il se réveilla il demanda d’une voie éteinte :
- Combien de temps ais-je dormi ?
- « Cinq heures ! » gronda Saphira « Mais qu’est-ce qui t’as pris de vouloir prendre le contrôle des Lethrblakas ! Tu aurais put les tuer avec un des mots de mort ! »
- Je voulais être sure qu’ils soient bien mort, dit-il en regardant les deux cadavres.
La colère de Saphira tomba et laissa place à de la compassion.
- « Tu as pris tous ces risques pour être sure que ton rêve ne se réalisera pas ? »
- Oui
- Mais qu’est ce que c’est que cette histoire de rêve ? demanda Roran.
- Avant de partir j’ai fait une prémonition où Saphira, Katrina et toi étaient tués par les Lethrblakas.
- Il y en a peut-être d’autres alors.
- Non les elfes les ont tous exterminés sauf ces quatre là, c’est pour cela qu’ils ont fait allégeance à Galbatorix, pour pouvoir être protéger et nourris…Nous attaquerons Helgrind demain pendant la nuit, maintenant je dois me reposer, c’est très éprouvant de ce faire fracasser le crâne et décapiter.
Le lendemain soir ils prirent un bon repas pour regagner des forces.
- Il faut ranger le campement, nous ne reviendrons pas.
Dix minutes plus tard Roran dit :
- Tous est prêt nous pouvons y aller !
- Avant je doit prendre un peut d’eau.
- Comment ça ?
- Les Ra-zacs on peur de l’eau et je ne pense pas en trouver la haut
- Mais comment veux-tu la transporter ?
- Regarde. Reisa du adurna !
Et un immense volume d’eau s’éleva du lac Leona. Puis Eragon se concentra et la température le l’air se refroidis, à sa grande stupéfaction Roran vit l’eau se transformer en un gigantesque bloc de glace.
- « Tu pourras le transporter Saphira ? »
- « Oui, sans problème. »
Les deux garçons montèrent sur Saphira qui s’envola, en prenant au passage le bloc de glace en y plantant ses serres
Ils mirent plus de cinq minutes pour atteindre le plateau au sommet de la montagneà cause du poids de la glace. Quand ils atterrirent Eragon dit à Saphira :
- « Attends nous dehors je ne veux prendre aucun risque »
- « Jamais, je ne t’abandonnerais ! »
- « Fait moi confiance, … et puis tu pourra toujours nous rejoindre si sa tourne mal comme tu n’es pas loin »
Pour toute réponse Saphira renâcla.
Roran et Eragon rentrèrent alors dans la grotte en transportant le bloc de glace grâce à la magie. Ils arrivèrent devant une pièce circulaire qui était éclairée par un feu de camp, Katrina était attachée au fond de la pièce.
- Katrina ! cria Roran
- Attends où sont les Ra-zacs, ils vont nous tendre une embuscade.
Il étendit sont esprit et dit dans l’esprit de Roran :
- « Ils sont cachés dans des galeries derrière la parois, je vais en faire sortir un par ce tunnel vas-y, je m’occupe de l’autre »
Roran alla se placer le long de la parois à coté du tunnel indiqué par Eragon, ce dernier s’affairer autour du bloc de glace.
- Brisingr, murmura t-il
Et le bloc de glace fondit se retransformant en eau. Puis il murmura quelque chose et l’eau se mit à déferler dans un des tunnel, et il alla se placer à l’entré d’un tunnel qui donner sur le centre de la pièce. Durant quelque minutes on entendis que le gargouillis de l’eau dans les galeries. Puis un cris strident traversa la grotte. Roran écouta et entendis l’eau remonter vers lui, il leva son marteau et le plus petit des Ra-zacs sortis du tunnel, Roran abatis son arme et brisa la jambe de son ennemis, qui fit un vol plané et retomba au sol, Roran se précipita sur lui, mais le Ra-zacs avait sortis sont épée et frappa si fort le bouclier de Roran qu’il éclata faisant jaillir de son bras un flot de sang, le jeune homme voulu lui porté un coup fatal à la tête profitant de sa position de force mais le monstre agrippa le manche de son marteau, il s’appuya alors de tous son poids pour étouffer son adversaire. Pendant ce temps le second Ra-zacs déboucher devant Eragon en courant pour échappé au torrent qui le poursuivais.
- Adurna, cria Eragon
Et une boule d’eau s’échappa du torrent et alla directement toucher la tête du Ra-zacs le tuant sur le coup.
Il se tourna et vit son cousin couché sur le Ra-zacs et lui cria :
- Ne le tue pas !
Le Ra-zacs profita de cette interuption pour repousser Roran, il voulu se relever mais poussa un sifflement strident en s’appuyant sur sa jambe brisé et retomba au sol, Roran se releva et demanda :
- Pourquoi m’as-tu arrêté ?
- Je veux d’abord sondé son esprit .
Alors il s’approcha du RA-zacs et rentra dans son esprit celui était tellement mal au point qu’il n’opposa aucune résistance.
- Finissons en .
Roran releva une dernière fois son marteau et l’enfonça dans le thorax du monstre en un bruit de cote cassées. Il releva son marteau et se dirigea vers Katrina, Eragon le reteins pour soigner son bras qui saigner abondamment. Puis il se dirigèrent vers Katrina, Eragon brisa ses liens d’un coup d’épée, il se pencha sur elle et murmura quelque chose.
- Que lui as-tu fait ? demanda Roran
- Elle dort.
- Pourquoi ne l’as-tu pas soigner ?
- Je ne peut rien faire elle a juste besoin de repos et de manger, ils ne l’ont pas torturé.
- Et Sloan ?
- Dévoré, maintenant rentrons.
Roran prit sa bien aimée dans ses bras et suivi son cousin.
En sortant de la grotte, Eragon ne vit pas Saphira.
- « Saphira où es-tu ? »
- Elle ne te répondra pas, dit une voie qui résonnait comme un échos, mais qui avait quelque chose de familière, elle est occupé avec Thorn.
C’était Murthag, il se tenait assis au dessus de l’immense arche qui surplombait l’entrée de la grotte, il sauta et atterrit avec force devant Eragon, une lueur de dément illuminé ses yeux, rien dans son attitude ne rappelait l’ancien amis d’Eragon.
- Alors petit frère comment vas-tu ?
- Tu n’es rien pour moi, c’est Roran mon véritable frère.
- Peut-être mais tu ne peut ignorer le lien qui nous unis.
- Que veux-tu ?
- Je viens te ramener à Galbatorix, et cette fois ci je ne te laisserais pas partir, car il m’a fait faire d’autres serments.
- Alors tu devras te battre.
Et il dégaina son épée.
- Tu penses vraiment me battre avec cette rapière ?
Il tira Zar’roc, et commencèrent le combat. Et en trois mouvements Eragon désarma Murthag et plaça son arme sur sa gorge
- Et oui cette fois ci je suis en pleine forme, … je ne veux pas te tuer alors maintenant repart !
- Je ne peut pas tu devras me tuer ou c’est moi qui te tuerais.
Malgré tout Eragon rengaina son arme.
- Tu n’aurais jamais dus faire ça !
Et Murthag se jeta dans l’esprit d’Eragon, cette fois ci le combat était beaucoup très équilibré, aucun des deux combattants ne parvenaient à briser la défense de son adversaire, et Eragon fut une fois de plus troublé par le chaos et l’anarchie qui régnaient dans l’esprit de Murthag. Le combat mentale dura encore quelque minutes, et sans aucuns signes avant coureur, Murthag poussa un hurlement effroyable qui glaça littéralement le sang d’Eragon, et il s’effondra au sol.
Eragon regarda le dragonnier qui gisait inconscient sur le sol, puis tout autour de lui et il vit à quelques dizaines de pieds deux petites tâches brunes et lumineuses qui flottaient dans le noir de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 13:52

7
Révélations


Eragon tira son épée et se dirigea vers les deux points lumineux, il poussa une exclamation de surprise quand il vit que c’était en fait des yeux, des yeux marron qui appartenaient à une superbe jeune femme, elle mesurait environ cinq pieds et demie, ses cheveux étaient roux parsemés de mèches aux reflets noires attachés en une queue de cheval à l’arrière de son crane, qui étiraient ses cheveux, mettant ainsi son fin visage en valeur, elle avait un port de rein parfait, une poitrine rebondi. Elle portait une combinaison de cuir bordeaux de bonne faction qui mettait en valeur son corps parfait, des bottes de cuir noir lassées sur les cotés et qui lui monter jusqu’aux genoux. Ces bras étaient nus et elle portait à la ceinture une simple et superbe dague. Sa beauté était-elle qu’il se dit qu’elle pourrait rivaliser avec les elfes, d’ailleurs il l’aurait prise pour l’une d’elles si elle avait été plus grande et des oreilles pointues.
Il se ressaisit et demanda :
- Qui es-tu ?
Il fut de nouveau frappé d’étonnement quand elle lui répondit en un ancien langage parfait :
- Je suis une amie, et je me nomme Amélia .
- Pourquoi es-tu ici ?
- Tu me posera toute les questions que tu veux plus tard, nous devons partir avant qu’il ne se réveil.
- Qui ça nous, pourquoi viendrais-tu avec nous ?
- J’ai beaucoup de chose à t’apprendre.
- Très bien !
Eragon tenta de recontacter Saphira :
- « Où es-tu ? »
- « J’arrive »
En effet à peine une minute plus tard on pouvait distinguer deux silhouettes, Thorn était avec elle. Quand elle se posa, Saphira prit un air menacent en voyant la nouvelle invitée.
- « C’est une amie ! » dit Eragon.
Puis elle se tourna vers Thorn qui se posa un peu plus loin. Les deux dragons étaient en piteuse état.
Eragorn dit alors à Thorn :
- Emporte ton dragonnier, et laisse nous partir.
- « Merci de l’avoir épargné, mais je ne crains que nous puissions éviter l’affrontement encore longtemps. »
Il ramassa Murthag dans ses serres et s’en alla. Eragon s’approcha de Saphira et soigna ses blessures.
- Nous devons partir !
- Comment vas-t-on transporter Katrina ?
- On va l’attacher sous le ventre de Saphira, c’est comme ça que l’on a fait pour Arya.
- « Oui je veux bien la porter mais je ne vais pas pouvoir vous transporter tous les trois ! »
- Tu portera Roran et Amelia, moi je vais courir.
- Tu n’as pas peur de moi ? demanda celle-ci
- Pourquoi aurais-je peur, je fait confiance à Saphira pour les protégés, … mais c’est plutôt toi qui devrait avoir peur si tu nous veux du mal, dit-il avec un sourire en coin.
Quand Katrina fut installé, Roran et Amelia montèrent sur Saphira qui décolla aussitôt. Il était à peine minuit quand ils partirent. Ils ne s’arrêtèrent que vers midi pour se reposer et manger un peu, Eragon aida Roran à déposer Katrina au sol, puis il alla préparer le repas pour les laisser ensemble et dit à Amelia :
- Nous sommes près de la frontière du Surda, ce soir nous dormirons près Lithgow, alors maintenant dis moi que faisais-tu à Helgrind ?
Elle lui répondis alors en ancien langage :
- As-tu déjà entendu parler du peuple gris ?
Eragon manqua de s’étouffer et lui répondit dans cette même langue :
- Oui j’en ais eu vent.
- Eh bien je suis une de leur représentante, et toi aussi …en partie.
- Comment ça c’est impossible !
- Tu sais tout autant que moi qu je ne peut mentir dans cette langue, … Selena ta mère était l’une des notre et elle avait pour mission espionner Morzan, mais elle est tombé amoureuse de lui, réfléchis comment une simple aurait put échapper au premier des parjures.
- Si ce que tu dis est vrais alors Roran et Murthag aussi sont à moitié peuple gris.
- Murthag, oui mais pas Roran, c’est un humain tout ce qu’il y a de plus normal car Selena n’était que la demie-sœur de Garrow.
Cette révélation bouleversa profondément Eragon car cela le rapprocher plus de Murthag et l’éloigner encore plus de Roran.
- Pour en revenir à ta première question, j’ai fait une prémonition dans laquelle j’ai vue que tu aurais besoin d’aide.
- Alors c’est mon côté peuple gris qui me donne se pouvoir de voir l’avenir.
- Oui c’est un de nos dons.
- Alors tu pourras peut-être m’expliquer pourquoi ma prédiction ne c’est pas réalisé tout à l’heure, car j’ai vue que Saphira Roran et Katrina devaient mourir.
- Nous ne connaissons encore presque rien sur ce type de magie, mais penses tu que cela servirait à quelque chose de voir l’avenir si l’on ne pouvait pas le modifier ?
- Mai les elfes …
- Les elfes ont progressés très vite et on un grand savoir je te l’accorde, mais ils sont encore loin d’égaler nos connaissances. Dit moi si je me trompe les première prémonitions que tu à faite son arrivait exactement comme tu les a vue, mais maintenant tu en voies que tu modifier, c’est la preuve que ton pouvoir grandis.
- Mais comment je peux les différenciés ?
- Dans ta dernière vision ne t’ais pas tu vue en dehors de ton corps, contrairement aux autres ?
- Oui, alors ils n’y a que celles-là que je peux évitées ?
- Non, mais comme je le disais certaine son presque inévitable, mais il est toujours possible de les contourner, et heureusement car si tout était déjà écrit la vie n’en vaudrai pas la peine.
Ce discourt rassura Eragon, puis il repensa à Angela et demanda.
- Et les os de dragon ?
- Les os de dragon ont un grand pouvoir magique, leur prédiction s’avère souvent exact, mais ils faut faire attention à bien les lire, et personne ne peut les déchiffrés avec exactitude, et puis comme pour les prémonitions nous pouvons influencer l’avenir grâce au libre arbitre, le choix est la plus puissante de nos armes mais aussi la plus dangereuse.
- Si tu as eu une vision tu dois être une magicienne toi aussi ?
Elle sourit
- Oui, mais je me suis perfectionner dans l’art de l’illusion, je trouve cette art beaucoup plus beau, élégant et tout aussi puissant que les autres forme de magie, c’est d’ailleurs grâce à une illusion que je suis venu à bout de Murthag, car il aurait mieux résister à une attaque directe, et je n’aurai pas eu la force de le combattre.
- Je ne vois pas comment une illusion a put le mettre inconscient.
- C’est très simple, le lien qui existe entre le dragonnier et son dragon est l’un des plus puissant, non ?
- Oui, mais je ne vois toujours pas.
- Eh bien j’ais montrer à l’esprit de Murthag une image de son dragon en train de se faire tuer par Saphira.
- Je comprend maintenant, … le choc a dut lui être insupportable …
- Crois moi je regrette d’avoir du en arrivé là mais je n’avais pas le choix
Eragon se leva et dit :
- Il est temps de repartir, et j’ai besoin de réfléchir, nous continuerons cette conversation ce soir.
Et ils se remirent en route, Eragon ne cesser de ce repasser cette conversation dans sa tête. A la nuit tombée ils s’arrêtèrent à quelque lieues de Lithgow, après avoir manger, Eragon demanda à Amelia :
- Pourquoi ma mère devait-elle espionner Morzan ?
- Connais-tu notre histoire ?
- Oui les elfes me l’on apprise.
- Alors tu sais qu’à cause de nous beaucoup d’innocent son mort, après cette tragédie notre peuple n’avait plus le cœur à rester en Alagaësia, alors nous sommes parties pour d’autres terres, mais la princesse Fianna la seconde fille de notre roi et une poignet de volontaire y restèrent car nous considérions avoir une dette envers l’Alagaësia et toutes les formes de vie qui y résidaient. Je suis une descendante directe de cette princesse. Comme nous ressemblons beaucoup aux hommes, nous nous sommes fondus parmi eux quand le roi Palancar est arrivé , ce qui nous as permit d’agir plus librement mais toujours dans le secret pour préservé la paix, c’étaient nous les diplomates qui avons traité avec les elfes pour renverser le roi Palancar, et bien d’autres actions. Quand Galbatorix a prit le pouvoir nous y avons envoyé des espions dont ta mère pour gérer au mieux la crise, mais Galbatorix c’est avéré plus dangereux que nous le pensions, et bientôt nous n’avons plus était en mesure de nous dresser contre lui, alors nous sommes restés dans l’ombres.
- Pourquoi vous révélez, après tous ce temps alors ?
- Pour deux raisons, la première c’est toi, car tu est notre dernière chance de pouvoir Galbatorix, et aussi car tout comme les dragons nous possédons une mémoire ancestrale, normalement il faut subir un rituel pour y accéder mais il arrive parfois que ce rituel ne soit pas nécessaire et si Murthag le découvre, Galbatorix pourrai apprendre tout notre savoir, et il serait assez puissant pour contrôler l’Alagaësia et toutes les terres inconnu.
Il y eu un long silence puis Eragon demanda :
- Pourquoi tes yeux brillent-ils dans le noir ?
- Pourquoi les tiens ne brillent-ils pas ?
Cette réponse le laissa bouche bée, et Amelia éclata de rire.
- C’est juste l’effet secondaire d’un sort pour pouvoir voir dans le noir.
- Vous ne le pouvez pas naturellement ?
- Non, nous ne possédons pas de capacités surnaturels comme les elfes, nous sommes très comparable aux humains, mais nous vivons aussi longtemps que les elfes et sommes d’excellents magicien.
- Et toi quel age as-tu ?
- J’ai 232 ans, je suis pourtant l’une des plus jeunes à part toi et Murthag.
Eragon était gêné de lui avoir posé cette question, et dit :
- Nous devrions aller dormir, nous serons bientôt à Aberon, Saphira pourras-tu nous transporter tous les quatre demains, je ne voudrais pas que l’on nous vois arriver séparément pour éviter les questions,
- « Oui mais nous volerons plus lentement »
- Très bien, et toi Amelia entent qu’illusionniste pourras-tu te cacher au yeux de tous, je ne voudrais pas que quelqu’un ne te vois avant ma suzeraine.
- Moi également je souhaite rester inaperçu, ne t’en fait pas, mais fait attention quand tu me parlera car on te prendra pour un fou qui parle tout seul.
- Très bien, alors bonne nuits, nous partirons tôt demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 15:31

8
Réconciliation



Ils arrivèrent le lendemain après midi au dessus d’Aberon, Saphira se posa dans la cour du château, ils mirent pied à terre et détachèrent Katrina, un garde s’approcha et demanda :
- Puis-je faire quelque chose pour vous Tueur d’Ombre ?
- Oui allez me chercher Angela l’herboriste.
Et il s’éloigna. Il revint quelques minutes plus tard accompagné d’Angela.
- Qu’y a-t-il Eragon ?
- Peux-tu t’occuper de Roran et de Katrina, elle a besoin de soin.
- Suis moi dit-elle à Roran qui la portait.
Eragon se dirigea aussi tôt vers le bureau Nasuada, personnes ne semblait remarquer la présence d’Amelia. En arrivant devant le bureau Eragon frappa et entra. Nasuada était seule.
- Eragon tu es …, elle s’arrêta en voyant Amelia, qui est-ce ?
- C’est une amie, tu n’a rien à craindre d’elle.
- Pourquoi as-tu mis autant de temps, tu m’avais dit quatre jours, et ça fait plus d’une semaine, et comme Arya m’a raconté ton rêve, j’ai cru que …
- On t’expliquera tout plus tard, où est Arya elle doit entendre ce que nous avons à dire.
- Justement, après ton départ, elle est venu me voir pour m’informer de la situation, et personne ne l’a revu depuis.
- Attendez moi je vais la chercher.
Et il sortis laissant les deux femmes ensemble, il se dirigea vers la cour où Saphira l’attendais.
- « Que se passe t-il ? »
- « Arya a disparu, on va la chercher »
- « Comment, qui sait où elle peut bien être ? »
- « C’est une elfe allons faire un tour au dessus de la forêt. »
Quand il survolèrent la forêt la plus proche, Eragon étendis son esprit, au bout de quelque minute il localisa Arya.
- « Elle est là. »
- « Je ne peut pas me poser ici, je vais te déposer dans une clairière un peu plus loin. »
Après avoir atterris dans la clairière Saphira lui dit :
- « Je vais vous attendre ici. »
- « Merci, je reviens le plus vite possible. »
Et il partit en direction du lieu où il avait sentis Arya, arrivé sur place il découvris une petite zones dégagée abritée par de grand arbres et longé par un cour d’eau, mais il ne vit pas Arya.
Il se mit alors a écouter et entendis un bruit provenant de l’un des arbres. Il sauta alors avec élégance et souplesse dans cet arbre où il s’assit à côté d’Arya qui était adossée au tronc.
Eragon ne savait que faire pour rompre le silence, et il dit maladroitement :
- Tu ne t’ennuis pas trop dans ton arbre ?
Elle n’eu même pas un regard pour lui.
- Excuse moi, … je suis désolé pour le tourment que j’ais dus te faire endurer, … tu comprend maintenant pourquoi je ne t’ais rien dit à propos de mon départ, je savais que si j’allais te voir que tu devinerais que quelque chose n’aller pas. Et je devais accomplir cette quête seul avec Roran. J’espère juste que cela ne me coûtera pas ton amitié. Maintenant, viens nous avons besoin de toi, si tu ne le fait pas pour moi, fait le pour les Elfes et les Vardens.
Elle tourna alors la tête vers lui, ses yeux étaient humide.
- Ne t’excuse pas, … c’est moi qui te demande pardon, j’ai été aveugle, tu n’es plus le petit garçon que j’ai rencontré à Farthen Dùr, tu as grandis et tu es devenu puissant, et je suis la seule a ne pas l’avoir vue. Et oui je comprend pourquoi tu as agit ainsi, à ta place j’aurai fait exactement la même chose , car je ne me saurais jamais de mettre ta vie en danger…
De véritable larmes se mirent alors a coulées de ses yeux.
- … mais quand tu m’as raconté ton rêve, je te croyais perdu à jamais et je ne m’explique toujours pas comment tu as put braver ton avenir.
- Mon destin est de tuer Galatorix et rien d’autre, maintenant nous devons aller voir Nasuada.
Elle l’attrapa par les épaules.
- Cela attendra, … Eragon sache que tu ne perdra jamais mon amitié, mais promet moi de ne plus jamais me mettre à l’écart comme tu l’as fait.
- Je te le jure.
Et elle lui déposa un baiser sur le coin des lèvres, le garçon rosit légèrement, et avant qu’il ne s’en rende compte elle le lâcha et sauta au sol. Il la suivit et l’attrapa par le bras.
- Attend qu’y a-t-il ?
- Rien, je n’aurai jamais du faire ça .
- Pourquoi ?
- Je … je ne voulais pas de donner de faux espoirs.
Eragon se mit à rire.
- Ne t’en fait pas j’ai compris que cela ne me servirai à rien de continuer à te courtiser.
- Alors tu abandonne cette quête ?
- Non, je n’ais pas dit ça, … lors de notre combat j’ai senti ce que tu éprouvait pour moi…
Elle se raidit et devint pâle.
- … alors j’ai décidé de laisser le temps faire son œuvre, en attendant je te promet que mes sentiment n’entacherons plus notre amitié, et puis il faut bien que je te laisse faire ton deuil.
- De quoi parles-tu ?
- De Faolin, je ne veux pas te le faire oublier.
- Tes intentions me touchent Eragon, mais je préfèrerais que tu ne me parle pas de lui, et je te préviens tu risque d’attendre indéfiniment.
- Seul l’avenir nous le dira, … aller viens Saphira nous attend un peu plus loin.
Ils coururent alors jusqu'à la clairière, depuis bien longtemps Eragon se sentit paisible, il était heureux d’avoir éclaircis sa relation avec Arya. En arrivant dans la clairière il dit :
- C’est bon Saphira on peut y aller !
Et il sauta sur la dragonne, Arya monta derrière lui et passa son bras autour de sa taille, elle hésita un instant puis raffermit sa prise, et Saphira décolla.
Cinq minutes après ils atterrirent dans la cour du château.
- « Sa risque d’être long, tu peux aller faire un tour si tu veux »
Elle poussa un grognement de négation
- « Très bien, alors je maintiendrais le contact pour que tu puisse écouter ce qu se passe ».
En entrant dans le bureau les deux femmes se faisaient toujours face, apparemment elles n’avaient pas échangées un mot.
- Veuillez me pardonner de mon absence, mais j’avais besoin de réfléchir. Dit Arya sans prêter attention à l’inconnu.
- Très bien nous pouvons commencer, Eragon nous t’écoutons.
- Merci, mais avant je voudrais vous présenter Amelia du peuple gris, elle m’a apportée une aide précieuse lors de mon périple.
Sur ces mots Arya parut vaciller sur place, puis elle se reprit et fit un bref résumer du peuple gris à Nasuada qui la regarder avec un regard d’incompréhension.
- J’ai hâte d’entendre votre histoire, dit elle.
Alors Eragon raconta les évènements de cette dernière semaine.
- Si je comprend bien, à force de manipuler l’esprit de Murthag, Galbatorix pourrais découvrir les secrets du peuple gris ? demanda Nasuada
Amelia intervint alors pour la première fois.
- Oui et c’est pour ça que nous devons nous débarrasser de Murthag au plus vite, car sinon Galbatorix pourra dominer toutes les terres sans exceptions !
- Nous devons partir au plus vite pour Ellesmera, Eragon doit finir sa formation, et je dois vous présenter à notre reine. Lança Arya
- Oui et nous devons la prévenir que Galbatorix est en train de lever une armée à Gil Ead, je l’ai apprit en sondant l’esprit du Ra’zac.
- Alors cela concorde avec les derniers rapports de nos espions, dis Amelia, excuser moi mais je dois m’entretenir avec mon peuple.
- Mais comment peut-il connaître l’emplacement des citées elfes, demanda Nasuada.
- Peut-être grâce aux jumeaux et puis Ajihad lui avait réussi à les localisé approximativement.
- Nous devons alors partir au plus vite pour prévenir la reine, lança Arya
- Non ! intervint Amelia de retour parmi eux, il y a plus important, je viens d’apprendre que Galbatorix s’apprête à quitter son repaire, c’est une occasion inespéré pour essayer de reprendre le dernier œuf.
- Elle à raison, je partirai avec toi si tu me le permet Nasuada.
- Je n’ai pas besoin de toi pour le moment, alors fait ce que tu as à faire. Mais je veux que tu me donne de tes nouvelles le plus souvent possible.
- Ce sera fait, Arya nous aurons besoin de toi.
- Très bien je viens avec vous mais après nous irons directement à Ellesmera.
Nasuada se leva et dit :
- je pense qu’il n’est pas nécessaire de s’inquiéter pour les elfes durant votre mission, car un groupe d’elfe est arrivé pour se mettre sous tes ordres Eragon, tu n’aura qu’a en envoyer un donner l’alerte.
- Enfin une bonne nouvelle. Se réjouit le garçon
- Oui et j’en ai une autre Orik est de retour
- Très bien, Arya peux tu, les prévenir que je les convoques chez moi demain, car je préfère rester discret.
- Je le ferais.
- Bien, maintenant laisser moi j’ai du travail, Amelia je vais vous envoyer quelqu’un pour vous indiquer vos appartements.
- Si vous ni voyer aucun problème, je préfère garder l’anonymat, alors je pense qu’il serait préférable que je séjourne chez Eragon, car apparemment personne n’ose s’approcher de chez lui.
Tous la regardèrent avec un regard incrédule.
- Je n’y vois aucun inconvénient si Eragon est d’accord. Dit Nasuada, Eragon quand dis-tu
- Ca ne me dérange pas.
- Très bien, maintenant laisser moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 15:32

9
Doutes



Quand Saphira décolla, Eragon demanda à Amelia :
- Pourquoi voulais-tu venir avec moi ?
- Parce que je ne voulais pas me terrer comme une vulgaire souris pour cacher mon existence et puis j’aime bien ta compagnie.
- M … merci, balbutia-t-il.
Saphira poussa un grondement.
- « Qu’y a-t-il ? »
- « Rien. » dit-elle d’un ton désapprobateur.
Ses passagers déposés Saphira dit :
- « Je vais aller chasser, je n’ai rien mangé depuis plus d’une semaine. »
- « Tu as raison, nous aussi besoin de reprendre des forces. »
- « Fait attention à toi Eragon. »
- « Que veux-tu dire ? »
Et elle s’envola.
- Que se passe t-il, demanda Amelia.
- Rien, elle va chasser. Tu veux bien aller me chercher du bois je vais préparer à manger.
Pendant qu’Eragon préparer le repas elle demanda :
- Tu ne fait pas de viande ?
- Pourquoi, tu en manges ?
- Bien sure.
- Et sa ne te dérange pas de te nourrir d’animaux avec qui tu as partager leur esprit ?
- Non, c’est dans l’ordre des choses, nous sommes des prédateurs, très évolués tout de même, mais ont ne peut ignorer ce que nous sommes.
- Je comprend mais je ne peux plus me résoudre à en prendre, mais si tu veux je peut aller t’en chercher.
- Non merci, je peux m’en passer.
Ils continuèrent à parler une bonne partie de la nuit, Eragon ressentait une certaine plénitude en parlant avec elle. Ils parlèrent beaucoup du peuple gris, Eragon fut attristé qu’elle ne put lui apprendre de choses sur sa mère. Puis ils parlèrent de tout et de rien, il se sentait tellement bien qu’il en oublia l’absente de Saphira, il lui avoua même ses sentiments pour Arya .
Ils ne se décidèrent à aller dormir que lorsque Saphira revint. Eragon dit-alors :
- Tu n’as qu’a prendre mon lit, je vais aller dormir avec Saphira.
- Alors à demain.
Il alla alors rejoindre Saphira et s’allongea le long de son flanc.
- « Pourquoi as-tu mise autant de temps ? »
Elle lui souffla un jet de fumée noire.
- « Pourquoi ne veux-tu pas me parler, qu’est ce que j’ai fait ? »
- « Je t’avais pourtant dit de faire attention, mais non, toi tu es en train de tomber amoureux ! » dit-elle d’un ton accusateur
- « Tu es ridicule, je l’aime bien, mais tu sais que c’est Arya que j’aime, et puis tu oublis la prédiction d’Angela. »
- « Non c’est toi qui oublis qu’Amelia est de noble naissance et de haut lignage, même si elle n’est pas une princesse. »
Eragon resta silencieux et ne réussit pas à trouver le sommeil.
Au petit matin il se leva et sortit en direction du bois, il en revint ave un lapin, et il commença à préparer le petit déjeuner.
Puis il alla réveiller Amelia, il lui posa une main sur l’épaule et dit :
- Réveille toi, le petit déjeuner est prêt, et les elfes vont bientôt arrivés.
Amelia repoussa alors sa couverture et se leva, Eragon fit un pas en arrière et manqua de tomber au sol en voyant la jeune femme nue devant lui. Il sentit le sang lui monter au visage et détourna la tête.
- Eh bien dragonnier, on traque les Ra-zacs dans leur repère, et on a peur du corps d’une femme. Déclara t-elle avec un large sourire en voyant la gène du garçon.
- Je … je ne pensais pas que tu serais nue, balbutia-t-il.
- Alors donne moi mes vêtements, ils sont là.
Elle désigna une petite table à coté d’Eragon, où ils étaient empilés. Il les prit et lui tendit.
- Rejoins moi quand tu seras prête.
Il la laissa et alla voir Saphira, car il la sentait tendue.
- « Qu’est-ce qui ne vas pas ? »
- « C’est elle, voila ce qui ne vas pas. » répondit-elle d’une voie monocorde mais accusatrice.
- « Tu ne l’aime pas, c’est ça ? » demanda t-il d’un ton sarcastique
- « Non, je n’aime pas sa façon d’être » dit-elle toujours sur le même ton.
- « Je ne vois pas la différence ! »
- « C’est une allié de poids et j’apprécie de l’avoir à nos coté. Mais je n’aime pas son comportement, elle … elle est vulgaire, et elle est en train de te tourner la tête et tu ne le vois même pas. »
- « Ne l’insulte pas ! » s’écria t-il « et je t’ais déjà dit hier que c’était Arya que j’aimais, il n’y a rien entre elle et moi. »
- « Alors pourquoi réagis tu comme ça, je te croyais devenu sage, mas tu n’es toujours qu’un enfant. » lança t-elle d’un ton sec, et elle s’envola.
Ces paroles le blessèrent au plus profond de lui surtout venant de Saphira, il voulu la rappeler mais elle lui barra le passage à son esprit.
Puis il se souvint de ce que lui avait dit Solembum « tu vas rencontrer de nouveau alliers et amis mais cela pourrai te coûter très chère. » est- ce ça le prix a payer pour l’amitié d’Amelia, cela devrait-il me coûter celle de Saphira. Et qu’elle est ce choix à faire dont il a parlé, devait-il choisir entre l’amitié d’Amelia et celle de Saphira mais le choix était très simple malgrès tout, s’il devait choisir se serait Saphira.
- Je suis désolé que ma présence nuise à votre relation, lui dit Amelia le sortant de sa réflexion
- Ne t’en fait pas elle était comme ça avec Arya également, répondit-il en essayant de se convaincre lui-même.
Ils mangèrent en silence, au bout d’un moment Arya le contacta ce qui appaisa un peu son esprit :
- « Nous arrivons »
- « Alors à tout de suite »
- Que se passe t-il ? demanda Amelia voyant Eragon dans ses pensées.
- Ils vont bientôt arrivés
- Va les accueillir, je vais ranger tous ça, dit-elle en désignant le repas.
Eragon se dirigea alors vers le centre de la grange, où se tenait un espace dégagé.
- Deloi moi, dit il d’une voie puissante.
Et il façonna une énorme table ronde ainsi que quatorze sièges. Puis il alla se poster devant l’entrée pour les attendre, bientôt il put voir les silhouettes d’Orik et d’Arya.
- Bonjour Eragon sa fait plaisir de te voir de te revoir, lui dit-il en s’étreignent les avants bras.
- Oui, et en chaire et en os cette fois, comment ce fait-il que tu sois ici ?
- Ûndin qui est devenu notre nouveau roi, m’a placé à ton service, et en ce moment même il est en train de lever une armée, et tout le Béor vit au rythme de nos forges.
- C’est bien, et je suis heureux de t’avoir à nouveau à tes côtés .
- Oui moi aussi, … mais où est Saphira ?
- Tu la connais, c’est une vrais tête de mule quand elle s’y met.
- Que c’est-il passé ? demanda Arya, avec une note d’inquiétude dans sa voie
- Rien de grave.
- Où est Amelia ? dit-elle d’un air suspicieux.
- A l’intérieur .
- Qui est-ce ? demanda Orik.
- Tu le saura bientôt, où sont les elfes ? dit-il à l’adresse d’Arya.
- Ils devraient arrivés, ils se sont installés dans la forêt quand ils sont arrivés il y a trois jours.
Et en effet quelques minutes plus tard, les dix elfes dont trois femmes sortir de la forêt. L’un d’eux s’avança face à Eragon, il était grand même pour un elfe, il avait une longue chevelure brune qui lui tomber dans le bas du dos, et deux longues tresses retombaient sur sa poitrine, ils échangèrent les formules de politesse puis il dit :
- Bonjour Tueur d’Ombres, je me nome Cìrdan, et comme Islanzadi nous l’a demandée, nous nous mettons sous tes ordres, alors qu’attends-tu de nous ?
- D’abord je tien à m’excuser de n’avoir put être présent à votre arrivé. Ensuite comme nous allons être amener à travailler ensemble, je veux que vous m’appeliez par mon prénom. Enfin je veux que vous juriez en ancien langage de ne révéler que les informations qui vous sera autorisés à la suite de cette réunion, toi aussi Orik, ce n’est pas un manque de confiance, mais une sécurité.
Ceci fait Eragon dit :
- Bien entrons nous serons mieux à l’intérieur.
Ils entrèrent alors, Eragon s’installa de l’autre coté de la table, Amelia se plaça à sa droite, Arya qui la fixer du regard se plaça à la gauche d’Eragon, Orik s’essayas à coté d’Amelia, et les elfes s’installèrent autour de la table Cìrdan face à Eragon.
- Bien ! dit-il, je vais commencer par vous présenter Amelia du peuple gris, grâce à qui nous avons obtenu d’importantes informations.
Il put lire la suspicion et l’éxitation sur le visages des elfes, mais ils ne dire mots et eragon continua.
- Maintenant, j’aimerais savoir qui est le plus puissant d’entre vous.
C’est Cìrdan qui se manifesta en passant ses deux doigts sur ses lèvres et en inclinant la tête.
- Alors tu nous accompagneras Amelia, Arya, Orik et moi pour récupérer le dernier œuf.
Et d’un seul coup l’assemblée devint très bruyante.
- Mais c’est de la folie, dit Cìrdan.
- Nous ne le ferions pas si nous pensions pas avoir une chance raisonnable de réussir cette mission. A présent il me faut quatre volontaires et de préférence de bon télépathes.
Les elfes se regardèrent un instant, puis quatre d’entre eux dont une femme passèrent leurs doigt sur leur lèvres et inclinèrent la tête. Eragon désigna les deux à sa droite.
- Je veux que vous vous mettiez au service de Nasuada et que vous la protégiez pour moi. Puis il se tourna vers les deux à sa gauche. Quant à vous, vous irez chez les nains ainsi nous pourrons mieux nous organiser en communiquant plus facilement.
- Mais les nains ne voudrons pas nous accueillir, protesta la femme elfe.
- Gurdill et le Durgrimst Ingeitum vous accueillera à bras ouvert, et prenez cet anneau, dites leur que vous venez de ma part, il enleva l’anneau d’Orik de son doigt et le dona à Arya qui le passa à l’elfe, et faites-y très attention, j’y tien beaucoup.
- Il sera en sécurité avec moi, lui assura t-elle en le passant autour d’une chaîne de son cou.
- Mais comment veux-tu communiquer avec le Du Weldenvarden, la forêt est protégé par un enchantement, intervint Cìrdan.
- Une fois l’œuf récupéré je retournerais à Ellesmera pour finir ma formation, et je ne pense pas que l’enchantement face effet à une demie lieue d’altitude. Enfin vous cinq, je veux que vous partiez le plus tôt possible pour Ellesmera, pour prévenir la reine que Galbatorix prépare une armée à Gil ead.
- Alors pourquoi prendre quatre elfe pour la communication alors que nous serions plus utile la bas ? demanda un elfe au cheveux gris.
- Car contrairement à Galbatorix, l’amour et l’amitié sont nos plus puissante armes, c’est pour ça que je ne veut pas vous séparer de votre, et je ne pense pas que vous le vouliez aussi.
- Non, en effet avoua t-il.
- Bien, maintenant, j’ai un service à vous demander, je tien à mettre toute les chances de notre coté, alors j’aimerais que vous m’aidiez à remplir les joyaux de cette ceinture, dit-il en sortant la ceinture de Beloth le sage.
La ceinture passa de main en main, les elfes étaient en admiration devant cet objet de légende, quand il récupéra sa ceinture il vit que seulement trois des pierres étaient encore vide et dit :
- Merci, si vous n’avez pas de questions, vous pouvez aller vous préparer pour le départ.
Et les elfes se retirèrent, il alla donc voir Arya.
- Puisque tu vas au château, peux-tu veiller a ce qu’on nous prépare des vivres pour cind personnes et de la viande pour deux ?
- Oui, mais il va nous falloir aussi des chevaux.
- Oui il en faudra au moins un pour Amelia et un pour Orik …
- J’ai déjà un Feldûnost, intervint celui-ci.
- Très bien nous nous pourrons courir
- Mais il nous faudra un autre cheval pour le transport, nous n’allons pas tout faire porter à Saphira , dit Arya
- Non bien sur.
Eragon aurait voulu continuer cette conversation avec elle, mais il ne savait pas quoi lui dire, elle était beaucoup moins ouverte qu’Amelia, c’est à ce moment là qu’il se rendit compte à quel point les deux femmes étaient différente. Et quand elle s’en alla avec Orik, il fut surprit de ne pas ressentir cette sensation de manque et de tristesse à chaque fois qu’ils se séparés. Et quand Amelia posa sa main sur son épaule pour le ramener à la raison, il fut encore plus déconcerté en voyant qu’il éprouvait des sentiments très différents entre les deux femmes, mais tout aussi puissant. Cette sensation lui donna la nausée, c’était la première fois qu’il douter de ses sentiments, depuis la première fois qu’il avait rencontré Arya il n’avait jamais pensé qu’il pourrait éprouver des sentiment pour une autre personne, il n’était plus sure de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 15:33

10
Compromis





Eragon se retrouva donc seul avec Amelia, et comme il voulait se changer les idées il lui dit :
- Je vais aller voir comment vont Roran et Katrina, tu devrais attendre Saphira, j’imerais que vous parliez toutes les deux, dit-il d’un ton las.
- Alors donne leur tous mes vœux de bonheur.
Eragon ne revint qu’a la nuit tombée.
- Saphira n’est toujours pas revenu ? demanda t-il soucieux.
- Non, comment vont-ils ?
- Katrina vas beaucoup mieux mais elle est encore très faible, mais c’est Roran qui m’inquiète, Jormundur lui a proposé un poste dans son armée et il va prendre la tête d’une centaine d’hommes, … je pensais qu’une fois Katrina retrouvée, il s’installeraient avec elle, mais maintenant il est obsédé de se débarrasser de Galbatorix.
Sentant le trouble qu’éprouvait Eragon, Amelia le prit tendrement dans ces bras et plongea son magnifique regard dans ses yeux et lui dit :
- Ne t’inquiète pas pour lui, il n’aura pas besoin de se battre, … écoute moi bien Eragon, je vais t’aider à reprendre l’œuf, ensuite nous trouverons le prochain dragonnier, vous finirez votre formation chez les elfes et vous tuerais Galbatorix.
- Comment peux-tu en être aussi sure ?
Elle posa alors sa main droite délicatement sur la joue du garçon , qui sentit une agréable chaleur lui parcourir tout son corps.
- Parce qu’avant toi aucun descendant du peuple gris n’avait était choisi pour devenir dragonnier. Elle posa alors son autre main sur sa poitrine, Eragon tu as un grand pouvoir en toi, et tu deviendras le plus sage et le plus puissant de tous les dragonniers.
Les paroles d’Amelia réchauffèrent le cœur d’Eragon et lui redonnèrent force, espoir et courage, elle lui avait dit exactement ce qu’il devait et avait besoin d’entendre. C’est alors que tout doucement leurs lèvres commencèrent à se rapprocher, quand soudain l’esprit d’Arya s’insinua dans l’esprit d’Eragon, il repoussa brusquement Amelia, il ne voulait pas qu’Arya le vois dans cette position, d’autant plus qu’il lui avait dit qu’il attendrait le temps qu’il faudra pour qu’elle lui avoue ses sentiments.
- « Que se passe t-il Eragon tu es très bizarre ? »
- « C’est juste que je m’inquiète, Saphira n’est toujours pas revenue, je comptais justement aller la chercher » mentit-il.
Il sentit qu’elle ne me croyais pas mais elle n’insista pas et lui dit :
- « Je voulais juste te dire que tout est prêt pour notre départ, nous vous attendrons à la première heure du jour, à la porte nord de la ville. »
- « Très bien nous y serons, … bonne nuit Arya. » ajouta t-il mal à l’aise.
Pendant un instant il cru qu’elle n’aller pas lui répondre, mais elle lui dit d’une voie très calme :
- « Fait attention à toi Eragon »
Et elle se retira. Et comme si rien ne c’était passé Amelia lui demanda :
- Que voulais t-elle ?
- Me prévenir que nous partons demain à l’aurore, je devrais aller retrouver Saphira.
- Oui, je ne t’ais que trop retenu.
Il essaya de contacter Saphira, mais elle ne répondit pas, il étendit son esprit à toute la région, et quand il réussi à la trouver, il se mit à courir aussi vite qu’il le put. Près d’une heure plus tard, il arriva près d’un petit mont rocheux où elle avait trouvée refuge. Elle était en train de regarder les étoile, il s’assit à coté d’elle et fit de même.
- Nous partons demain à l’aube, lui dit-il au bout d’un moment.
Comme il n’eu pas de réponse il continua :
- Je te demande pardon, c’est toi qui avait raison j’éprouve des sentiments pour Amelia, je n’ais pas était prudent et maintenant je le regrette. Je ne te demande pas de l’aimer, mais j’aimerais que tu puisse la tolérer, pour moi, elle est peut être très expressive mais elle est sincère, c’est sa façon d’être et je l’apprécie pour ça. Mais grâce à mon expérience je sais que je n’ais pas assez de recule pour juger de la situation, mais toi si alors si tu juge bon de me demander de faire un choix entre elle et toi, je le ferais et je me mettrai de ton coté, je sais que tu le sais mais je voulais que tu l’entendes.
Son discourt terminé Saphira le regarda de ses yeux bleus.
- « Tu me surprendra toujours petit homme, et je suis honoré de la confiance que tu me porte pour me confier ton amitié avec Amelia, et tu as raison elle ne nous veux aucun mal, alors je te promet de faire des efforts, maintenant monte sur mon dos je me suis tout de même ennuyée de toi »
- « Moi aussi, je veillerai à passer plus de temps avec toi, que lors de ces derniers jours. »


Dernière édition par le Lun 4 Sep à 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 15:34

11
CONFLITS




Eragon se réveilla blottit contre Saphira, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas passé une aussi bonne nuit, car son esprit c’était apaisé depuis qu’il avait parler avec elle. Il prit alors conscience une nouvelle fois de l’importance du lien qui les unis, car ces derniers jours sans s’en rendre compte ils s’étaient éloignés et cela avait affecté leurs esprit, il se sentait beaucoup mieux à présent, il voyait les choses avec plus de clairvoyance, tout lui paraissait différent, et il savait qu’il en était de même pour Saphira. Comme ils devaient bientôt partir, Eragon commença à lui chatouiller la fine peau de ses ailes et lui dit d’une voie douce :
- « Aller ma belle, il faut se réveiller »
- « Oui, mais arrête ça tout de suite » dit-elle en frissonnant.
- « Pourquoi, tu n’aimes pas ? »
Elle poussa un léger ronronnement, alors Eragon s’arrêta et lui demanda d’un ton solennel :
- « As-tu senti la différence depuis que nous avons parlés ? »
- « Oui » dit-elle d’une vois grave « c’est comme si un léger voile de brouillard c’était déposé sur nos esprits sans que l’on ne s’en rende compte, … et ça me fait très peur. »
- « C’est pour cela que nous ne devons plus nous éloigner comme nous l’avons fait, désormais nous partagerons tout, es-tu d’accord ? »
- « Oui, mais je pense que nous devrions tout de même garder certaine choses pour nous si c’est important. »
- « Tu dois avoir raison. »
- « Comme toujours. »
- « Prétentieuse. » raya t-il.
Pour toute réponse, elle lui envoya un souffle d’air chaud qui lui ébouriffa les cheveux.
- « Levons nous, sinon nous allons être en retard. »
Pour réveiller Amelia cette fois ci, il ne se risqua pas à aller la voir, et il la contacta mentalement. Quand il rentra dans son esprit, il fut envahis par une vague de fraîcheur et de joie de vivre, mais il distingua également une touche d’angoisse, de peur, de sérénité et de solennité, ce coté d’Amelia lui rappela étrangement l’esprit d’Arya. Il s’y plaisait tellement que c’est Amelia, qui c’était réveillée à cause de cette intrusion, qui le ramena à la raison en lui disant d’un ton rieur :
- « Fait attention Eragon, hier tu me trouve nue, aujourd’hui tu te laisse aller dans mon esprit, je vais finir par croire que tu profite de la situation. »
Troublé par cette réaction inatendu Eragon ne sut que lui répondre :
- « Nous allons bientôt partir. »
Et il se retira, ils prirent un rapide un rapide petit déjeuner, ramassèrent leur affaires et partirent.
En arrivant à la porte nord de Saphira entama sa descente, Amelia raffermit ses bras autour de la taille du dragonnier bien que ce ne fut nécessaire, et posa sa tête sur son épaule. Voyant cette scène le regard d’Arya se glaça, une fois qu’ils eurent mis pied à terre elle leur dit plus froide que jamais :
- Vous etent en retard !
- Excusez nous mais j’avais besoin de parler avec Saphira, dit Eragon pour se justifier t’en bien que mal.
- Ah, … très bien je comprend.
- Je ne pense pas mais c’est gentil, répondit-il avec un sourire malicieux.
- Bien assez bavardé, Amelia voici ton cheval, dit-elle en désignant un magnifique frison d’un noir de jais, dont Amelia arrivé tout juste au garrot, et pourras-tu t’occuper de celui-ci, continua t-elle en montrant un cheval pie beaucoup plus trapus qui porter les bagages.
- Sans problème, répondit-elle en montant gracieusement sur sa monture et en attrapant la longe du second.
Et ils se mirent en route, Eragon passa la matinée à parler avec Saphira, quand ils se posèrent pour manger Eragon trouva Amelia en grande discussion avec Orik, intrigué il appela le nain :
- Orik peux-tu venir, j’ai besoin de te parler.
Le nain s’exécuta.
- Que se passe t-il ?
- Je voulais juste savoir ce que tu pensais d’elle.
- Je ne la connais pas beaucoup mais elle m’est très sympathique, et j’ai été agréablement surpris de voir qu’elle n’est pas aussi maniérée que les elfes. De plus elle est très intéressée par l’histoire de notre peuple, je suis ravis de voir que leur espions n’ont rien put apprendre de nous, car elle n’arrête pas de me poser des questions, dit-il avec un large sourire.
- Je suis content de voir que tu l’aime bien toi.
- Oui j’ai remarqué que les elfes étaient distants avec elle.
- Oui et Saphira aussi, je pense que c’est parce sa culture est beaucoup plus proche des notre que celle des elfes ou des dragons, et contrairement à nous elle ne va pas s’adapté à eux, pourquoi le ferais t-elle puisque le peuple gris est beaucoup plus avancé qu’eux ?
- Tu as raison, et puis sa ne peut que faire du bien à l’orgueil de ces elfes, dit-il ironiquement.
Leur repas terminé il reprirent la route, comme cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas volés ensemble, et qu’ils aller bientôt quitter la sécurité du Surda, Eragon et Saphira en profitèrent pour faire de cabrioles parmis les nuages, quand ils eurent finis de s’amuser, Saphira lui dit d’une voie étrangement grave :
- « Tu sais si j’ai était si peu indulgente avec Amelia, … c’est parce qu’elle me fait peur »
- « Tu crois qu’elle nous cache quelque chose ? »
- « Non, j’ai peur, … j’ai peur qu’elle ne te vole à moi »
Sentant la détresse de son amis Eragon lui dit d’une voie douce, rassurante et pleine de compassion :
- « Saphira tu es ma meilleure amie, ma confidente et bien plus encore, et tu le restera à jamais. A mes yeux tu passera toujours avant n’importe qui d’autre, car tu es une partie de moi. Mais quand nous aurons fait éclore, tu comprendra l’importance partager des choses avec un compagnon de ton espèce. »
- « Tu dois avoir raison, j’espère que nous trouverons vite son dragonnier, et que je m’entendrai avec. »
- « Ne t’en fait pas, personne ne pourrais ne pas t’apprécier. »
Il sentit alors le corps de la dragonne se remplire d’une nouvelle chaleur, il en fut heureux car il comprit qu’il avait réussi à la rassurer.
Le soir venu ils établirent le campement près de la frontière et se couchèrent tôt car demain ils seraient de nouveau dans l’empire.
La seconde journée se déroula normalement, mais alors que ces compagnons le camp pour la nuit, Saphira déposa Eragon et redécolla aussitôt.
- Préparez-vous à vous battre nous allons bientôt être attaqués, lança Eragon, Galbatorix a dus faire surveiller la frontière, car depuis que nous l’avons franchis nous sommes suivi. A présent c’est un groupe d’une cinquantaine de soldats qui est après nous, le point positif c’est qu’ils ne nous ont pas vus Saphira et moi.
- Faisons comme si de rien n’était, nous allons leur tendre une embuscade, dit Arya, mais nous allons devoir tous les tués, personne dans l’empire ne doit savoir que nous là.
C’est alors que Cirdan prit la parole pour la première depuis leur départ, autant que s’en souvienne Eragon. Il pensait encore il n’y a pas si longtemps qu’il était impossible que quelqu’un puisse être plus distant qu’Arya mais visiblement il se tromper.
- Je suis d’accord mais comment veux-tu leur tendre une embuscade ici, le relief est bien trop plat.
- C’est moi qui m’en chargerais, intervint Amelia, je vais nous rendre invisible à leur yeux, ainsi quand nos traces les mènerons jusqu’ici, nous n’aurons plus qu’a leur tomber dessus.
- Cela me parait parfait, déclara Eragon, Cirdan tu nous protègera des éventuels tirs d’archers, Amelia je compte sur toi pour semer le trouble dans leur grâce à tes illusions, Arya et Orik vous vous occuperais des guerriers, Saphira s’attaquera à l’arrière de leur force pour les désorganiser, et je m’occuperais des magiciens.
Ils se placèrent donc à l’écart de la route par laquelle devaient arrivés leurs ennemis, ils attachèrent les chevaux, Orik lui préféra rester sur son Feldûnost. Une heure plus tard il aperçurent une colonne de cavaliers. Quand ils passèrent a leur hauteur, Arya lança une de ses boules d’énergie émeraude, qui éclat les rang ennemis, aussitôt les cavaliers surpris se préparèrent au combat dans un chaos total, quand une seconde attaque les touchas, ils lancèrent leur monture à toute vitesse sur eux, visiblement la magie d’Amelia avait ses limites. Voyant ses amis prêt a combattre Eragon se mit à la recherche des magiciens, quand il en trouva un, il entra aisément dans son esprit, qu’il sonda pour savoir où étaient les autres magiciens tout en essayant d’ignorer la peur du pauvre homme. Visiblement il n’y en avait que deux, Eragon prit alors le contrôle de son adversaire et utilisa un sort assez complexe pour qu’il se tue en même temps que son congénère. Il posa alors un genou à terre pour reprendre ses esprits, c’était toujours très éprouvant de tuer de cette manière, autour de lui il voyait le combat faire rage, les soldats étaient complètement désordonnés, sûrement grâce à Amelia songea t-il, alors qu’ils auraient pus les submergé facilement les soldats devaient lutter contre leur monture qui se cabraient, les faisant tombés au sol ou les obligeant à continuer a pieds, même ainsi il ne semblais pas mieux organiser, au lieu de les attaquer de front ils se séparés, ce qui profité beau coup au petit groupe. Eragon voyait également des nuées de flèches retombées derrière eux, en décrivant une étrange courbe, puis il compris également pourquoi Orik avait voulu garder sa monture, d’un simple coup de tête elle pouvait envoyer au sol trois hommes avec leurs montures, Arya quant à elle décoché ces flèches a une vitesse incroyable, Amelia elle semblait se promener parmis la bataille, en tuant les hommes adverse de ces coups de dagues. Voyant que leur adversaires commencé à être de plus en plus nombreux dans la mêlée, le dragonnier se releva tant bien que mal, dégaina son épée et rentra de le combat qui faisait rage. Alors qu’ils éliminais tout ceux qui se trouvaient sur son passage Eragon vit une lueur bleu éclaircire le ciel, puis le sifflement des flèches s’arrêta seul ceux d’Arya persistaient. Un instant plus tard on entendit le claquement des ailes de Saphira, qui venait vers eux, en poussa un rugissement bestiale. L’apparition de la dragonne, vint alors a bout du courage des survivants qui s’enfuirent en tout sens.
- Ils ne doivent pas s’enfuirent ! cria Arya
Eragon pris alors son arc, au même moment il aperçu Amelia susurrer quelque chose, et instantanément, un mur de flamme d’un magnifique vert pâle de plus de cent pieds de hauts s’éleva dans le ciel, coupant toute retraite aux fuyards. Ce qui ce passa ensuite, répugna Eragon au plus point, ils exutèrent tout simplement les derniers survivants devenu sans défense, ils n’étaient pas de taille à affronter de pareil adversaires, et cela lui donna la nausée.
Une fois le calme revenu, le mur de flamme s’évanouit, alors Eragon alla soigné les blessures de Saphira, Amelia elle s’occupa du Feldûnost, ce qui soulagea visiblement les elfes qui eux se dirigèrent vers Orik qui avait pas mal souffert. Une fois cette besogne terminée, Arya se dirigea vers Amelia et lui cria d’une voie pleine de hargne :
- Es-tu inconsciente ? La base cette mission reposé sur notre discrétion, et toi tu donne à Galbatorix notre position exact, ton petit tour a put être vue à des lieues à la ronde, …
- Arya ! voulu intervenir Eragon
Il ne l’avait jamais vue dans un tel état de rage, a part peut être le jour où elle avait brisé son fairth, toute la rancœur contre Amelia qu’elle avait accumuler ces derniers sans qu’elle ne s’en aperçoive, semblait ressortir d’un coup.
- …je crois que nous avons fondés de faux espoirs sur le peuple gris, je vous pensiez beaucoup plus sage !!!
L’air radieux qu’Amelia porter d’ordinaire s’estompa d’un seul coup, et déclara d’une voie très calme et posée :
- Calme toi, mon amie, personne n’a put voir ces feux, car mes illusion de prenne effet que sur les personnes dont je ressent la présence, … et il sont tous morts.
Arya devint alors d’une pâleur extrême, cette révélation frappa Arya comme un coup d’épée en plain ventre, les paroles d’Amelia venait d’ébranler grandement sa fierté, mais elle ajouta tout de même d’une voie monocorde :
- Je te pris de m’excuser pour mon insolence, et le manque de respect que j’ai eu envers toi et ton peuple.
Puis elle se retourna et se mit a l’écart, Eragon savait ce qu’il en coûter à Arya de s’excuser ainsi, car il connaissait sa grande fierté. Alors il s’avança vers Amelia et lui posa sa main sur l’épaule pour la réconforter, puis il alla rejoindre Arya.
- As-tu envies de parler, lui demanda t-il
- Non, je réfère rester seule, répondit-elle d’un ton cassant.
Alors il la laissa, cette altercation, avait plongé le petit groupe dans un silence pesant, alors ils ne mangèrent pas ce soir là, et Eragon alla rejoindre Saphira.
- « Est-ce que tu va bien petit homme ? »
- « Voudrais tu prendre Amelia avec toi demain ? Moi je vais devoir avoir une discussion avec Arya, et puis comme ça cela vous permettra de vous connaître »
- « Oui, c’est une bonne idée, mais dit moi ce qui de tracasse. »
- « C’est ce que nous avons fait tout à l’heure, ce massacre j’ai l’impression de ressembler de plus en plus à Murtagh »
- « Ne dit plus jamais de telles idioties Eragon, les circonstances étaient différente aujourd’hui, imagine si un seul d’entre eux c’était échappé, Galbatorix aurais put apprendre nos intentions, et nous ne pourrions pas récupérer l’œuf,… Eragon tu m’écoutes ? »
- « Oui, j’ai besoin de dormir, tout sera plus clair demain matin .»
- « Alors fait de beau rêves »
Quand il plongea dans son demi sommeil, les pensés d’Eragon étaient agitées confuses, il faisait des rêves sans queue ni tête, mais quand il devint enfin plus calme il refis alors le même que chez Gertrude, mais il le trouva différent, cette fois ci il en était sure c’était bien lui qui était sur le pont de ce bateau, au bras de la jeune femme, se regarda bascula alors vers le ciel et revis les deux dragons, une bleu et l’autre vert, puis il se tourna vers la rive où il avait vue un homme hurler la dernière fois, mais en s’approchant du bord du navire, il se rendis compte que ce n’était pas un homme, mais une femme. En regardant mieux il reconnu les traits d’Arya, c’était elle qui poussait un longue plainte, il voulu la rejoindre, mais un bras le retint, il se retourna et découvrit le visage d’Amelia, et il alla la rejoindre au centre de l’embarcation qui commençait à s’éloignés de la rive. C’est alors qu’il se réveilla en sursaut, trempé de sueurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 15:36

ba je pensé pas en avoir écrit autant lol

je suis encore en train d'écrire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Sam 20 Mai à 19:47

12
Histoire de cœur



- « Que se passe t-il ? » s’enquit Saphira
Eragon le souffle encore haletant ne pouvait lui répondre, alors il lui envoya les images de son rêve. Après un moment de réflexion elle reprit :
- « C’est très étrange, c’est la première fois que tu fais un rêve qui n’est pas identique. »
- « Oui » affirma le garçon, encore le souffle court. « Le plus étonnent c’est que j’avais l’impression de pouvoir contrôler mes mouvements durant mon rêve. »
- « Comme Amelia te l’as dit c’est la preuve que ton pouvoir grandit. »
- « Crois-tu que se rêve confirme la prédiction d’Angela ? » demanda t-il soucieux, « car j n’ai aucunement envies de quitter l’Alagaësia. »
- « Je ne sais pas, je pense qu’il y a de grande chance pour que cela arrive, mais elle t’as également dis que tu étais l’une des rares personnes à pouvoir choisir ce que tu feras de ta vie, et puis tu as déjà bravé ton destin à Helgrind, non ? » « Alors ne t’inquiète pas petit homme.»
- « Oui c’est vrais, … , au moins maintenant une chose est presque sure, c’est que nous allons réussir à reprendre l’œuf à Galbatorix, et nous trouverons sont dragonnier. »
- « en effet c’est une excellente nouvelle, maintenant essayons de nous rendormir nous en avons besoin. »
Au petit matin quand Eragon se réveilla, tout le monde était déjà debout, mais il régnait un silence pensant, qui étouffait l’atmosphère. Il mangea quelques fruits et dit :
- Vous êtes prêt pour le départ ?
Certain opinèrent de la tête.
- Très bien, alors Amelia ce matin tu feras la route avec Saphira !
Tous se mirent alors à le regarder avec attention, ne voyant objection de leur part il continua :
- Et toi Cirdan tu t’occupera des chevaux.
Alors ils rangèrent leurs affaires, puis Saphira décolla avec Amelia, Cirdan prit les deux équidés et ils partirent. Ayant décidé d’avoir une discussion avec Arya, Eragon se mit à sa hauteur alors qu’elle courait devant les deux cavaliers.
- Il faut que nous parlions ! lui dit-il
- Je n’ai rien à dire ! répondit-elle pour couper cour à la conversation
- Mais je ne te demande pas ton avis, ajouta t-il sèchement.
Arya se brusqua et augmenta l’allure, Eragon fit de même et bientôt il ne parvint plus à distinguer ses compagnons derrière lui.
- Arrête de fuir, tu ne pourra pas éviter cet entretien.
Et elle repartit de plus belle. Eragon essaya bien une nouvelle fois de la rattraper, mais il fut cependant obliger de constater qu’il ne pouvait pas suivre le rythme que lui imposait son amie. Il avait beau avoir les capacités des elfes, il dut reconnaître qu’il manquait d’entraînement , alors pour pouvoir la suivre il dut avoir recourt à la magie. De nouveau à sa hauteur, au lieu d’essayer de lui parler, cette fois ci il lui attrapa directement son bras, et ils se retrouvèrent instantanément face à face, ce défiant du regard pour faire ciller l’autre en premier. Voulant stopper ce jeux ridicule il lui lança :
- Pourquoi as-tu réagis ainsi avec Amelia ?
Elle hésita un instant, puis voyant qu’il était inutile de résister, elle répondit a contre cœur :
- Je pensais juste qu’elle avait fait échouer notre mission et …
- Pourtant je t’ais vus rester impassible dans de pires situations , même contre moi tu n’as jamais était aussi en colère.
- Où veux-tu en venir ?
- Là où je veux en venir, c’est que tu est jalouse, jalouse d’Amelia, dit il très calmement.
Arya fut littéralement sidérée par son manque de tact, c’est alors qu’elle lui répondit, non pas elle mais la princesse.
- Comment oses-tu me faire un tel affront ? s’offusqua t-elle.
Voyant qu’il venait enfin de capté toute son intention, Eragon eu un petit sourire narquois, et pour la sortir encore plus d’elle-même, il se retourna et se remit à courir. Arya resta bouche bée par tant d’insolence, elle hésita quelque seconde à le rattraper, mais ne voulant pas le conforter dans son idée elle le poursuivit afin de lui faire entendre raison.
Quand elle le rattrapa, se fut à son tour de le retenir par le bras, ils se firent de nouveau face à face, et si Eragon n’avait pas connu Arya et sut qu’elle était une elfe, il aurait cru qu’elle aller le gifler quand elle esquissa un geste de la main, mais d’une voie forte réprobatrice et pleine de colère elle lui dit :
- Comment peux-tu penser que je puisse être jalouse ?
- Tu es exactement comme Saphira mais elle, elle à eu le courage de l’avouer !
- Tu sais bien que les elfes sont au dessus de tout cela alors, alors ne nous insulte pas Eragon !
- Laisse moi en douter princesse, dit-il de la façon la plus insultante possible. Et il reprit en ancien langage, alors peux-tu me dire que tu n’est pas jalouse d’Amelia ?
Alors sous l’effet de la colère, elle lui répondit dans cette même langue :
- Absolument ! Je ne suis pas jalouse d’A… mis ce dernier mot ne voulu sortir.
C’est à ce moment qu’elle compris qu’elle venait de se piéger elle-même en cédant à sa colère, car Eragon avait sut en profiter. Des larmes lui montèrent aux yeux, et elle se laissa tomber au sol, Eragon s’assit alors à son coté et lui dit d’une voie tendre :
- Je suis désolé de t’avoir manipulé ainsi, ce n’était pas correct de ma part.
- Oui, mais tu as bien fait car, tu avais raison, j’était jalouse et je ne voulais pas le voir.
- Et te sens-tu mieux à présent ?
- Oui, je doit avouer que je suis soulagée.
- Alors voila une raison de plus pour que tu me parle.
Et d’un geste hésitant il passa son bras autour de ses épaules, mal à l’aise il voulu le retirer, mais à son grand étonnement Arya inclina sa tête sur son épaule, et lui demanda, sa voie devenant aussi pure que l’eau de pluie :
- Je suis toujours ta meilleure amie ? après Saphira bien sur.
- Oui tu es ma meilleure amie et je ne te permettrai jamais d’en douter, et il faudrait qu’il se passe quelque chose de terrible pour changer çà.
Arya le regarda de ses magnifiques yeux qui trahissaient son émotion, elle lui déposa alors un baisé sur la joue de ses délicates lèvres, comme une légère brise chaude et fraîche à la fois, qui fit frissonner le garçon et l’emplis d’une agréable chaleur. Et elle reprit :
- Tu comprends après tout ce que nous avons vécus, je n’aurais pas supportés qu’elle ne prenne ma place aussi vite, avec ses manières si … directes.
- Oui, c’est cela le plus dangereux pour notre amitié, mais tu dois comprendre que je suis dans une position délicate, car je dois à la fois veiller ne pas négliger Saphira, tout en conservant ton amitié et celle d’Amelia car je l’apprécie beaucoup, et aucune de vous ne pourra jamais remplacer l’autre car vous êtes très différente.
- Mais ce que je ne comprend pas c’est pourquoi tu as accepté qu’elle habite avec toi, bien que sa culture soit plus proche de la tienne que de la mienne, je ne pense que beaucoup aurais agit ainsi.
- Avais-je le choix ? répondit-il d’un air résigné, mais une chose est sure c’est que de ce coté là elle ressemble beaucoup à ta mère, je pense qu’elle vont bien s’entendre.
Arya se mit alors à rire de son rire cristallin, mais elle s’arrêta en voyant Eragon qui l’observer un sourire d’admiration aux lèvres.
- Qu’y a-t-il ?
- Rien, c’est jute que sa me fait un bien fou de te voir rire, j’ai l’impression qu’il me gorge de vie. Et je suis heureux de te voir détendu.
Elle lui sourit, puis elle lui demanda pour changer de sujet :
- Vous étiez en train de vous embrasser quand je t’ais contacté avant de partir,
- Pourquoi cela t’intéresse t-il, je croyais qu’il n’y avait que de l’amitié entre nous, dit-il d’un ton moqueur.
Elle se dégagea alors habilement et avec grâce de son bras, et s’écarta de lui. Surpris, il s’excusa de sa maladresse de sa maladresse, et lui dit avec une tension dans la voie :
- J’était mal ce soir là, je venais de voir Katrina qui allait bien, mais Roran m’inquiétait beaucoup, et Amelia a sut trouver les mots justes pour me réconforter, et c’est pour cela que nous étions sur le point de nous embrasser quand tu m’a contacté.
Le visage d’Arya se radoucit, Eragon ne put s’empêcher de penser qu’elle était soulagée parce qu’elle l’aimée.
- Bien, dit Arya redevenant aussi froide qu’a son habitude, nous devrions trouver un endroit pour manger, en attendant que les autres ne nous rejoignent.


Dernière édition par le Sam 27 Mai à 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Erwin l'elfe
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 107
Localisation : Avec ma licorne et Murtagh, sur son dragon Thorn
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Dim 21 Mai à 18:04

Quel talent! flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 13:33

bon je vais essayer de mettre la suiteavant ce soir, mais c'est pas sure

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:23

stp mets là, je suis en manque de lecture ^^ et pis j'ai envie de m'énerver contre.. Comment tu l'as appelé déjà l'autre.. Amélia c'est ça ? lol





PS pour Skadia(j'ai la flemme de poster 2 fois) : SUPER ULTRA COOL ta fanfic ^^, c'est quand la suite ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:26

ba si ta envis de t'énerver, tu va etre servis, sa va te faire grincer des dents lol

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:28

cool j'ai hâte d'y être comme ça après je m'imagine les pires scénari pour Amélia hehehehehehhehehehehehe ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:29

moi je sais deja comment elle va finir Twisted Evil

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:31

nia nia nia ppffff Saphira va la gober puis la recracher et pis les urgals vont la capturer et la torturer jusqu'à ce qu'elle demande grâce et après ils vont la faire cuir à petit feu et la bouffer Twisted Evil What a Face Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:32

alors la tu reve lol

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:33

oohhh dommage MDR et bah mets la suite qu'on voit ce qui se passe ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:35

attend j'ai pas finis lol

_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Vannir

avatar

Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 20/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:37

ggrrrrrrr je vais craquer !!! tongue tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koren l'Elu
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 30
Localisation : En train de pourchasser mumu, rien que par le claquement de ses dents
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   Ven 26 Mai à 18:42


_________________
Milles veuves maudissent mon nom

A MORT MURTAGH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korenshurtugal.megabb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: voila ma fanfic d'eragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
voila ma fanfic d'eragon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sanya et Eragon
» Eragon
» Eragon
» Eragon
» Castlevania: amis pour la vie [fanfic]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'HERITAGE :: Tout et n'importe quoi :: Hobbyes :: Vos oeuvres-
Sauter vers: